Modifié le 10 octobre 2014

Le Conseil fédéral interdit le groupe Etat islamique en Suisse

Des membres de l'Etat islamique, dont le leader militaire d'origine géorgienne Abu Omar Al-Shishani (à gauche, visage découvert).
La Suisse interdit formellement le groupe Etat islamique pour six mois Forum / 2 min. / le 08 octobre 2014
L'Etat islamique, ainsi que toutes formes de soutien au groupe, seront interdits en Suisse dès jeudi. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi une ordonnance en ce sens, dont la validité est de six mois.

Le groupe Etat islamique (EI) sera interdit en Suisse dès jeudi. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi une ordonnance interdisant le groupe terroriste et les organisations qui y sont apparentées. Sa validité est limitée à six mois.

Le ministre de la Défense Ueli Maurer avait déjà prévenu la semaine passée qu'il allait demander l'interdiction du groupe Etat islamique en Suisse lors de la prochaine séance du Conseil fédéral.

"Aucune preuve de l'activité de l'EI en Suisse à ce jour"

"Il ne s'est encore rien passé chez nous et nous n'avons jusqu'à aujourd'hui encore aucune preuve, que l'EI est actif comme organisation en Suisse", avait alors déclare Ueli Maurer dans une interview à la NZZ am Sonntag.

L'interdiction est limitée à six mois car elle passe par le droit d'urgence. Il faudrait ensuite avoir recours à une ordonnance, approuvée par le Parlement, pour prolonger ce délai.

ats/sbad

Publié le 08 octobre 2014 - Modifié le 10 octobre 2014

Toutes formes de soutien interdites

L'ordonnance du Conseil fédéral n'interdit pas seulement toutes les activités des organisations visées en Suisse et à l'étranger, mais aussi toutes les actions destinées à leur apporter un soutien en matériel ou en personnel, comme les campagnes de propagande ou de récolte de fonds, ou encore le recrutement de nouveaux membres.

Les infractions à cette ordonnance sont passibles d'une peine privative de liberté n'excédant pas trois ans ou d'une peine pécuniaire.

Appel au respect des civils à Kobané

La Suisse a appelé mercredi au respect des populations civiles de la ville de Kobané, dans le nord de la Syrie. Cette localité est depuis plusieurs semaines le théâtre de violents combats entre des membres de l'Etat islamique (EI) et des combattants kurdes.

"Les exactions commises à l'égard de la population civile sont inacceptables. La Suisse rappelle que les attaques généralisées ou systématiques contre la population civile peuvent être constitutives de crimes contre l’humanité", affirme le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).