Modifié le 28 août 2014

La reprise de l'aéroport de Bâle-Mulhouse par la France indigne des sénateurs

Aéroport de Bâle-Mulhouse.
Aéroport de Bâle: des parlementaires français soutiennent la Suisse Forum / 8 min. / le 24 août 2014
Plusieurs parlementaires français s'opposent à la reprise par Paris de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Une telle reprise serait "dramatique", a dit à la RTS dimanche le sénateur du Haut-Rhin Jean-Marie Bockel.

L'intention de Paris de reprendre seule le contrôle de l'aéroport Bâle-Mulhouse est "dramatique". C'est ce qu'a affirmé dimanche le sénateur du Haut-Rhin Jean-Marie Bockel dans l'émission Forum. En voulant récupérer des centaines de millions d'euros de manque à gagner fiscal, l'Etat français risque de tout perdre, a également dit en substance le sénateur.

Vers une mobilisation

Face à cette décision, plusieurs parlementaires français s'apprêtent à mener dès lundi une contre-offensive: "Nous allons solliciter un rendez-vous auprès du secrétaire général de la présidence", a indiqué Jean-Marie Bockel, qui appelle son gouvernement à reprendre les négociations avec la Suisse. Dans le cas contraire, "nous allons nous mobiliser très fortement", a-t-il prévenu.

Pour rappel, la semaine dernière on apprenait que Paris entendait imposer à toutes les entreprises de l'EuroAirport une fiscalité française, dès 2015 pour la partie suisse, selon le principe de territorialité.

Lire aussi: La Suisse risque de perdre l'aéroport de Bâle-Mulhouse

hend

Publié le 24 août 2014 - Modifié le 28 août 2014

Régi par un traité international

Situé en terres françaises, l'aéroport de Bâle-Mulhouse avait obtenu un statut binational selon un traité franco-suisse conclu en 1949.

"Cet aéroport est un success story", selon Jean-Marie Bockel, qui annnonce que cette année, la barre des six millions de passagers devrait être franchie.

En tout, 6000 personnes travaillent sur place, principalement des Français, alors que les entreprises sont avant tout suisses et étrangères.