Modifié le 14 avril 2014

Semaine de 60 heures dénoncée dans les hôpitaux suisses

De mauvaises conditions de travail sont dénoncées dans les hôpitaux suisses
De mauvaises conditions de travail sont dénoncées dans les hôpitaux suisses 19h30 / 2 min. / le 14 avril 2014
La durée légale de travail des médecins-assistants et chefs de clinique en Suisse serait dépassée pour 50% des personnes interrogées dans un sondage publié lundi par une association professionnelle.

Les conditions de travail légales ne sont pas respectées pour près de 70% des médecins-assistants et chefs de clinique en Suisse, dénonce l'Association suisse des médecins-assistants et chefs de clinique (ASMAC). Leur santé et celle des patients serait en jeu.

Les violations de la loi sont à l'ordre du jour dans la plupart des hôpitaux suisses, estime leur association professionnelle. Celle-ci se base sur un sondage réalisé au premier trimestre 2014 auprès de 3300 de ses membres dans toute la Suisse, présenté lundi à Berne.

60 heures de travail par semaine

Pour 69% des personnes interrogées, une ou plusieurs dispositions de la loi sur le travail ne sont pas respectées. Ainsi, dans la moitié des cas, la durée de travail moyenne dépasse les 50 heures prescrites par la loi. Pour un quart, elle est de plus de 60 heures.

Ces conditions sont inacceptables, dénonce l'ASMAC, d'autant plus que la Suisse manque de médecins. En période de pénurie, il faut rendre obligatoirement les conditions de travail des médecins plus humaines.

ats/fxl

Publié le 14 avril 2014 - Modifié le 14 avril 2014

Cas plus fréquents en Suisse romande

"Ces résultats sont attristants", a affirmé lundi à Berne devant les médias Nico van der Heiden, responsable politique et communication de l'ASMAC.

Ils confirment ce que nous avons déjà dénoncé les années précédentes, c'est-à-dire des violations massives de la loi sur le travail dans la plupart des hôpitaux de Suisse, a-t-il poursuivi.

Le sondage montre également que les violations sont plus fréquentes en Suisse romande et dans les hôpitaux régionaux.

Le bon exemple vaudois

L'Association suisse des médecins-assistants et chefs de clinique exige désormais que le secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) et les cantons contrôlent de façon plus stricte le respect de la loi dans les hôpitaux.

Les cantons de Berne et de Vaud sont ainsi cités en exemple.

Le ministre vaudois de la santé Pierre-Yves Maillard a ainsi demandé une enquête officielle dans les hôpitaux vaudois. Les résultats devraient être connus dans les semaines qui viennent.

Les hôpitaux suisses contestent

Depuis 2005 et l''introduction de la loi fédérale sur le travail, les conditions de travail se sont fortement améliorées, a réagi H+, l'organisation faîtière des hôpitaux suisse.

Entre 2005 et 2013, 2825 places de médecins-assistants ont été créées, soit une augmentation de 60%", a réagi lundi H+ dans un communiqué.