Publié le 09 février 2014 - Modifié le 09 février 2014

Vote sans appel contre l'initiative sur le remboursement de l'avortement

Les Suisses estiment que l'avortement doit continuer d'être remboursé par l'assurance maladie.
Les Suisses estiment que l'avortement doit continuer d'être remboursé par l'assurance maladie. [Christian Beutler - ]
Les Suisses ont nettement écarté dimanche l''initiative "financer l'avortement est une affaire privée". Le texte a été rejeté par 69,8% des votants et tous les cantons, sauf Appenzell Rhodes-Intérieures.

Les interruptions volontaires de grossesse (IVG) continueront d'être remboursées par l'assurance maladie. L'initiative lancée par les milieux anti-avortement pour supprimer cette couverture a été balayée dimanche par 69,8% des votants. Seul un canton a dit "oui". Le "non" le plus catégorique est romand.

Les initiants n'ont réussi à l'emporter que dans un des deux fiefs catholiques qui avaient rejeté le régime dit du délai en 2002. Un oui à 50,9% est sorti des urnes en Appenzell Rhodes-Intérieures. Le Valais a en revanche rejeté l'initiative à 70,8%.

Le "non" est en dessous de la barre des 60% à Uri (54,7%), à Schwyz (55,7%), à Saint-Gall (57,7%), à Obwald (58,4%) et en Thurgovie (59,1%).

Fort rejet en Suisse romande

En Suisse romande, le rejet est très fort. Vaud repousse l'initiative par 89,1%, Genève par 86,2%, Neuchâtel par 83,9%, le Jura par 79,8% et Fribourg par 76,3%. En Suisse alémanique, Bâle-Ville (75,4%), Zurich (70,1%) et Bâle-Campagne (70,3%) se démarquent des autres cantons. Berne a refusé l'initiative par 67,9%.

En 2012, 10'853 IVG ont été pratiquées en Suisse, qui affiche un des taux les plus bas d'Europe.

ats/nr

Retrouvrez ici le minute par minute de la journée.

 

 

Large refus salué par les opposants

Le comité contre l'initiative "financer l'avortement est une affaire privée" se réjouit des résultats provisoires. Avec plus de 70% de non, c'est en effet un large refus qui se dessine ce dimanche.

"Je suis très très heureuse", a déclaré à l'ats Babette Sigg Frank, présidente du comité. "Je ne m'attendais pas à un aussi fort rejet. Les résultats sont aussi clairs que lors de la dernière votation il y a douze ans".

Question "mal comprise"

Pour Valérie Kasteler-Budde, coprésidente du comité d'initiative et coprésidente du Parti évangélique genevois, le peuple a mal compris le sens de cette initiative.

"Les gens ont pensé qu'on s'attaquait aux femmes, or l'idée était plutôt de responsabiliser le couple et de redonner la parole aux hommes", a-t-elle déclaré sur le plateau de la TV RTS. Elle est convaincue que cette thématique qui touche des aspects importants de la vie reviendra sur le devant de la scène.