Mise à jour le 12 septembre 2013

Le contre-projet à l'initiative "Oui à la médecine de famille" est sous toit

Le contre-projet est-il à même de faire baisser la pression sur les médecins de famille?
Le contre-projet vise à promouvoir la médecine de famille. [© JPC-PROD - Fotolia.com]
Le Parlement s'est mis d'accord jeudi sur le contre-projet direct à l'initiative populaire pour favoriser la médecine de famille. Les initiants pourraient retirer leur texte.

Le National s'est rallié jeudi tacitement à la version "allégée" du contre-projet direct à l'initiative populaire "Oui à la médecine de famille" du Conseil des Etats. Cette mouture visant à renforcer la médecine de premier recours est soutenue par le Conseil fédéral et les initiants.

La Chambre du peuple, qui voulait dans un premier temps renforcer davantage les interventions de l'Etat en faveur des généralistes, a finalement éliminé les divergences avec le Conseil des Etats. Les médecins de famille suisses ont laissé entendre qu'ils pourraient retirer l'initiative face au contre-projet des sénateurs, a rappelé Ruth Humbel (PDC/AG).

Ils ne le feront toutefois que si le contre-projet passe le cap des votations finales le 27 septembre et à condition qu'une solution soit trouvée sur la révision des tarifs Tarmed, a indiqué Peter Tschudi, du comité d'initiative.

Pour de meilleurs soins en périphérie

Ce texte signé par plus de 200'000 personnes veut obliger la Confédération et les cantons à promouvoir la médecine de famille. Les autorités devraient veiller à une offre de soins suffisante, notamment dans les régions périphériques, et la Confédération légiférer sur la formation, les moyens de faciliter l'exercice de la profession ainsi que la rémunération.

ats/vtom