Modifié le 06 mars 2013

Les médecins déplorent leurs conditions de travail illégales

consultation médecin
"Stop aux violations quotidiennes de la loi sur le travail!" est la revendication des chefs de clinique et médecins-assistants. [Joerg Koch/dapd - ]
L'Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique (ASMAC) a lancé mardi une campagne "Hôpitaux hors-la-loi" pour sensibiliser l'opinion publique, les autorités politiques, ainsi que les responsables des hôpitaux.

Les chefs de clinique et médecins assistants suisses continuent de travailler plus de 50 heures par semaine et plus de sept jours jours consécutifs. Des conditions de travail illégales qui mettent en péril la sécurité des patients.

L'Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique (ASMAC) a lancé mardi une campagne "Hôpitaux hors-la-loi" pour sensibiliser l'opinion publique, les autorités politiques, ainsi que les responsables des hôpitaux, a expliqué Rosmarie Glauser, secrétaire politique.

Elle adresse une revendication claire: "Stop aux violations quotidiennes de la loi sur le travail!" à laquelle les médecins-assistants sont soumis depuis 2005 et qui limite la durée de travail à sept jours consécutifs au maximum et cinquante heures hebdomadaires.

Sécurité des patients en jeu

"Des médecins surmenés, épuisés et fatigués ne sont plus à même d'assurer la bonne prise en charge des patients et mettent même en péril la sécurité de ces derniers", explique l'association sur son site internet.

Quelles mesures pourrait-on envisager? Les cantons proposent une liste dite "LAMal" avec tous les hôpitaux autorisés à facturer à l'assurance de base.

Ils pourraient par exemple y faire figurer uniquement ceux qui respectent l'ordonnance relative à la loi sur le travail pour les médecins-assistants, suggère Rosmarie Glauser.

ats/lgr

Publié le 05 mars 2013 - Modifié le 06 mars 2013

Action lancée dans huit villes

Au cours de cette campagne qui se déroulera pendant tout le mois de mars, l'association table sur des spots publicitaires au cinéma, affiches, stands, bandes dessinées.

Une action spéciale a déjà été lancée dans huit villes, notamment à Zurich, Bâle, Berne, Sion et Neuchâtel, où des post-it ont été collés aux arrêts des transports publics.

"Votre chauffeur de bus à déjà travaillé 12 heures aujourd'hui", lisent les passants. Au dos, ils comprennent qu'il s'agit en réalité des médecins hospitaliers.