Mise à jour le 01 mars 2013

Monsieur Prix a reçu un nombre record de réclamations en 2012

Le surveillant des prix privilégie les accords à l'amiable.
Le surveillant des prix privilégie les accords à l'amiable. [Marcel Bieri - Keystone]
Les tarifs pratiqués en Suisse suscitent l'exaspération des consommateurs. Monsieur Prix a indiqué vendredi avoir reçu le nombre record de 2796 réclamations en 2012.

Les consommateurs en ont marre des tarifs excessifs pratiqués en Suisse. Le surveillant des prix a reçu l'an dernier le chiffre record de 2796 réclamations. En tête des doléances arrivent les tarifs de La Poste devant ceux des télécommunications, de la santé et des transports publics.

La vie n'est globalement pas devenue plus chère l'an dernier, mais la Suisse reste malheureusement championne des prix en Europe, a constaté vendredi devant la presse Stefan Meierhans, alias Monsieur Prix.

Tarifs postaux dénoncés

Les annonces des particuliers servent de baromètre des préoccupations des citoyens. Selon le rapport annuel de Monsieur Prix, un plaignant sur cinq, soit 560 personnes, a dénoncé des tarifs postaux. Ce thème va continuer à occuper le surveillant des tarifs cette année.

Ses négociations avec le géant jaune concernant les prix du courrier et des paquets en Suisse ayant échoué, Stefan Meierhans a ouvert une procédure formelle contre La Poste il y a dix jours. Les résultats sont attendus pour l'automne.

Les accords à l'amiable

Le surveillant des prix privilégie toutefois les accords à l'amiable. Il a réussi à en conclure une douzaine l'an dernier. Plusieurs ont concerné la télévision par câble. Les clients de upc cablecom peuvent désormais accéder à une offre numérique de base non cryptée en échange d'une augmentation de l'abonnement de base au câble échelonnée sur deux ans de 90 puis de 60 centimes.

Le tarif des opérateurs régionaux de Téléonex et de Télélancy a également pu être réduit de 10%.

Les tarifs hospitaliers

Au chapitre de la santé, les tarifs hospitaliers vont rester à l'agenda de Stefan Meierhans. Selon lui, les forfaits par cas introduits dans les hôpitaux en 2012 sont trop élevés, ce qui coûte des centaines de millions de francs à l'assurance maladie.

Monsieur Prix a dû rédiger une soixantaine de recommandations à l'attention des cantons. La balle est dans leur camp, mais le surveillant défendra sa position jusqu'au tribunal administratif fédéral.

ats/aduc

Le prix des médicaments débattu

La bataille s'annonce difficile, aussi concernant le prix des médicaments. Monsieur Prix s'est battu en 2012 pour que le taux de change appliqué lors de la comparaison des prix de remèdes avec l'étranger soit plus proche de la réalité. Mais le taux retenu (1,29 franc pour 1 euro) reste relativement favorable à l'industrie pharmaceutique, a-t-il déploré.

Et rien n'est joué, car les fabricants ont recouru contre des baisses de tarifs imposées par l'Office fédéral de la santé publique. Stefan Meierhans propose qu'à partir de 2015, un montant fixe soit introduit pour les médicaments dont le brevet a expiré et les médicaments brevetés sans innovation.

Les fabricants seraient libres de fixer leurs tarifs, mais les patients ne seraient remboursés que jusqu'au montant fixe par classe de principes actifs, ce qui les pousserait vers des médicaments bon marché. L'Allemagne le fait, le Conseil fédéral en a discuté. Les propositions du Département de l'intérieur sont attendues prochainement, a précisé le surveillant des prix.