Mise à jour le 29 janvier 2013

Un projet de l'EPFL décroche un milliard de francs de subventions

Démonstration de l'un des projets de l'EPFL consistant à contrôler une chaise par le cerveau.
Démonstration de l'un des projets de l'EPFL consistant à contrôler une chaise par le cerveau. [Laurent Gillieron - Keystone]
C'est désormais officiel: l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a reçu une subvention de 1,2 milliard de francs sur dix ans de l'UE pour un projet de recherche sur le cerveau.

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a reçu une subvention d'un milliard d'euros sur dix ans de l'Union européenne pour un projet de recherche sur le cerveau. Bruxelles a annoncé lundi avoir retenu son "Human Brain Project" (HBP) comme l'un de ses deux projets phare de recherche.

Le Human Brain Project veut concevoir un modèle intégrant toutes les connaissances sur le cerveau. Une simulation du cerveau humain devrait permettre à terme de servir d'outil de recherche pour les neuroscientifiques.

Le graphène, un matériau révolutionnaire

A côté de l'"Human Brain Project" de l'EPFL, "Graphene" est l'autre projet de recherche qui bénéficiera d'un financement massif de l'Union européenne. Cinq institutions suisses participent à cette aventure: l'université de Bâle, de Genève et de Zurich, ainsi que l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche.

La recherche portera sur le développement des propriétés uniques de ce matériau, qui se présente sous la forme d'une feuille de carbone d'un seul atome d'épaisseur. Plus solide que le diamant, le graphène est un matériau conducteur de chaleur et d'électricité, sans danger et recyclable, a rappelé l'UNIGE.

Il recèle un immense potentiel en matière d'applications technologiques, telles que l'électronique rapide, les dispositifs électroniques souples et les systèmes optiques. Le projet "Graphene" est coordonné par la "Chalmers University of Technology", basée en Suède.

Trois projets suisses retenus

Trois projets suisses figuraient dans le dernier carré. Outre le HBP, l'EPFL était également en lice avec son projet de "Guardian Angels for a Smarter Planet" - des objets électroniques portatifs totalement auto-suffisants en énergie et pouvant posséder des fonctions liées par exemple à la santé, à la communication ou au transport.

L'Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ) conduit de son côté le projet FuturICT qui est coordonné par l'University College de Londres. Le but est de développer les capacités de calcul à l'échelle planétaire et de donner naissance à The Living Earth Simulator.

ats/hend

Le Conseil fédéral salue l'attribution de la subvention

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a salué l'attribution de la subvention européenne pour le projet "Human Brain Project" (HBP). Il estime que cette décision prouve la position de leader de la Suisse dans la recherche. Le chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche a relevé la pertinence du modèle helvétique d'organisation de la recherche, fondé sur le plus haut degré d'autonomie des scientifiques.

Pour le conseiller fédéral, les succès du "Human Brain Project" et de "Graphene" démontrent l'efficacité du modèle suisse d'encouragement de la formation, de la recherche et de l'innovation.

Patrick Aebischer: un président heureux

"Je suis un président heureux", a commenté Patrick Aebischer, président de l'EPFL. "C'est une fantastique reconnaissance pour la science suisse et un immense honneur pour l'EFPL". Il a salué la présence de trois projets suisses dans le carré d'as du concours, soulignant la "qualité de la science dans notre pays." "Je suis aussi très satisfait pour l'Europe, qui prend à coeur de relever les grands défis scientifiques", a-t-il ajouté.