Publié le 21 août 2012

L'armée pourra consulter les données de la police fédérale sur les armes

Le père de famille a retourné son arme contre lui après avoir pris la fuite.
L'armée va avoir accès à ARMADA, la plate-forme sur les armes de la police fédérale. [Dominic Favre - ]
Comme c'est déjà le cas pour les polices cantonales, l'armée pourra accéder en ligne à la plate-forme d'information sur les armes de l'Office fédéral de la police, fedpol, et ce, dès le début du mois de septembre.

Le Conseil fédéral a décidé mardi qu'à partir du 1er septembre il sera possible d'empêcher qu'un militaire puisse conserver son arme si la police lui a retiré une arme civile ou lui a refusé l'autorisation d'en acquérir une. Pour ce faire, l'armée aura accéder aux données de fedpol.

La plate-forme sur les armes ARMADA contient notamment des informations sur les personnes auxquelles les autorités policières ont refusé ou retiré des autorisations ou des armes, a indiqué fedpol.

Nombreux cas en souffrance

L'administration militaire n'y avait jusqu'à présent pas d'accès en ligne. Les renseignements devaient lui être transmis selon une procédure lourde et compliquée. Le Conseil fédéral espère ainsi faciliter l'accès de l'armée aux informations sur des dangers potentiels.

L'armée est sans nouvelles depuis des mois de milliers d'anciens militaires censés rendre leur arme ou du moins leur livret de service. Plusieurs centaines n'ont pas encore accompli leurs obligations de désarmement.

agences/pym

Publié le 21 août 2012