Modifié le 30 juillet 2012

La Suisse a financé des réunions de l'opposition syrienne à Berlin

Les combats se poursuivent à Alep, en Syrie.
L'objectif des négociations financées par la Suisse était de préparer la transition politique en Syrie. [Bulent Kilic - ]
Le Département fédéral des affaires étrangères a participé à hauteur de 60'000 francs au financement de discussions secrètes entre des groupes syriens d’opposition en Allemagne, selon la presse alémanique. Le DFAE confirme.

Le DFAE a libéré 60'000 francs pour l’organisation de pourparlers confidentiels à Berlin entre des membres de la résistance syrienne visant à l'élaboration d'un plan concernant l'après-Bachar al-Assad, l'actuel président syrien, selon des informations du Tages-Anzeiger et du Bund.

Interrogé dans l'émission Forum de la RTS, Didier Burkhalter a confirmé cette information, jugeant qu'il fallait inclure le maximum de partenaires aux discussions pour parvenir à une solution politique. Auparavant, son département, le DFAE, avait précisé qu'aucun représentant suisse ne s'était rendu en Allemagne à cette occasion.

Préparer la transition

Durant des mois, près d'une cinquantaine de représentants de l'opposition syrienne émanant de différentes sensibilités politiques, dont des membres de l’Armée syrienne libre, se sont réunis dans la capitale allemande. Ces négociations ont été placées sous le patronage de l'Institut américain pour la paix (USIP) et de la Fondation allemande de sciences politiques.

Le projet a été initié au mois de janvier dernier sous le nom de code "The Day After" (Le jour d’après). L’objectif était de mettre en place des mesures concrètes à appliquer dans les premiers jours suivant la chute du régime pour éviter au pays de sombrer dans un chaos politique et économique. L’USIP envisage d’ailleurs de publier en août un document stratégique à destination de la rébellion.

L’existence de ces pourparlers a été rendue publique il y a plusieurs jours déjà, selon l’USIP. C’est l’un de ses experts, Steven Heydemann, qui a révélé l’implication de la Suisse dans leur financement lors d’une interview accordée à la revue Foreign Policy.

A lire également: Les rebelles syriens ont pris un poste stratégique entre Alep et la Turquie.

bkel

Publié le 30 juillet 2012 - Modifié le 30 juillet 2012