Mise à jour le 19 février 2012

UDC et PDC veulent durcir le droit d'asile et visent Simonetta Sommaruga

Simonetta Sommaruga a présenté les nouvelles idées du Conseil fédéral pour mieux intégrer les étrangers.
Simonetta Sommaruga est mise sous pression et par l'UDC et par le PDC sur sa politique d'asile. [Kilian Feller - RTS]
L'UDC et le PDC s'apprêtent à contrer la politique de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en matière de droit d'asile, révèle Le Matin Dimanche.

L'UDC et le PDC ont mis au point chacun de leur côté une série de propositions visant à contrer les projets de la ministre socialiste Simonetta Sommaruga en matière de droit d'asile, indique Le Matin Dimanche.

L'UDC va lancer une cinquantaine de propositions pour durcir la loi sur l'asile. La ministre socialiste de Justice et Police Simonetta Sommaruga "ne va pas assez loin et pas assez vite", déclare le conseiller national grison Heinz Brand dans le journal dominical.

Après avoir placé Christoph Blocher au sein de la commission des institutions politiques, qui traite de l'asile, l'UDC lance donc une nouvelle attaque contre les projets de Simonetta Sommaruga alors que la révision partielle de la loi sur l'asile commencera cette semaine. L'UDC estime qu'il y a "trop d'abus" et qu'il devient urgent de réagir.

L'UDC veut durcir le ton

Parmi la cinquantaine de propositions mises au point par le parti de Christoph Blocher figure un projet concernant une accélération de la procédure: les requérants doivent répondre aux autorités dans un délai de 20 jours. Passé ce délai, leur dossier doit être classé, rapporte le journal dominical romand.

L'UDC exige par ailleurs que la Confédération crée et finance de nouvelles places de détention administrative en vue du renvoi des requérants déboutés, les cantons en manquant. Le parti agrarien réclame en outre que le montant forfaitaire de 6000 francs que touchent les cantons pour l'aide d'urgence aux requérants déboutés soit réduit. But: inciter les cantons à exécuter plus rapidement les renvois.

Enfin, l'UDC demande que ce soit la Confédération qui paie le dispositif sécuritaire des communes qui abritent des centres pour requérants.

Le PDC également au front

Le PDC lui aussi monte au créneau sur la question du droit d’asile, nous apprend Le Matin Dimanche. Le parti a adopté samedi un catalogue en dix points. Il exige notamment que les délais d’examen des dossiers déposés par certaines catégories de requérants, notamment les réfugiés économiques, soit massivement raccourcis. Le parti préconise une procédure express de dix jours pour liquider ce genre de dossier.

Par ailleurs, le parti prône la création de camps d’internement pour les réfugiés récalcitrants. Ceux-ci n'auraient pas la possibilité d’en sortir. Enfin, le PDC estime qu'il faut renforcer les mesures destinées à décourager les requérants qui tentent à plusieurs reprises de déposer une demande d’asile en Suisse en n'entrant plus du tout en matière.

hof