Modifié le 10 janvier 2012

Pétition contre le nouveau réseau des TPG

01 07 tpg key
Une cinquantaine de personnes ont exprimé leur ras-le-bol samedi après-midi à Bel-Air. [Martial Trezzini - ]
Près d'un mois après l'introduction du nouveau réseau des Transports publics genevois (TPG), des usagers mécontents ont lancé une pétition pour revenir à l'ancien système. La conseillère d'Etat Michèle Künzler admet pour sa part qu'il y a un vrai problème de régulation à identifier.

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées samedi après-midi à l'arrêt Bel-Air pour exprimer leur ras-le-bol et faire signer une pétition. Ces usagers, qui se sont réunis via les réseaux sociaux, estiment que les nouveaux transbordements sont dangereux et pénibles.


Les signatures récoltées seront transmises à la conseillère d'Etat, explique Sophie, l'instigatrice de ce mouvement. Cette jeune femme qui se décrit comme une simple usagère en colère veut que les TPG restent un moyen de transport efficace pour tous. Avec les retards, les embouteillages et l'augmentation du prix du billet, ce n'est plus le cas, estime cette habitante de Carouge.


Michèle Künzler se montre sceptique quant à un retour à l'ancien système. "Cette réversibilité est possible moyennant quelques aménagements, mais elle impliquerait de réduire drastiquement des cadences", explique samedi la cheffe du Département de l'intérieur et de la mobilité (DIM) dans un entretien publié dans "Le Temps".


Débuts difficiles

Le réseau de transport public a été entièrement réorganisé avec la mise en place de trois lignes de trams autonomes les unes par rapport aux autres. Ce nouveau système multiplie les transbordements. Un expert en mobilité avait dénoncé la semaine dernière un manque de vision concernant ces transbordements problématiques.


"La première semaine a été catastrophique, avec une série d'incidents invraisemblables", déclare la ministre en charge de la mobilité. Dès le 11 décembre, date de l'introduction de nouveau réseau, des accidents en série et des pannes conjugués à une météo difficile ont causé de nombreux blocages dans le canton.


Bonne conception

"Le système a fonctionné correctement pendant les vacances, mais il reste en rodage: même en partant à l'heure en bout de ligne, des trams s'agglutinent", constate Michèle Künzler. Elle se demande si l'ambition n'a pas été trop grande s'agissant des cadences des trams et de bus. Une réunion des responsables de la mobilité est prévue lundi pour faire le point.


Malgré les critiques, la cheffe du DIM défend la réforme: "Franchement je crois que la conception générale du réseau est bonne", relève-t-elle. "Il fallait le redessiner pour lui permettre de grandir, de se mettre à l'échelle de l'agglomération".


ats/vkiss


Publié le 07 janvier 2012 - Modifié le 10 janvier 2012