Modifié le 28 juin 2010

Eveline Widmer-Schlumpf a dit oui!

Eveline Widmer Schlumpf a prêté serment devant le Parlement
Eveline Widmer Schlumpf a prêté serment devant le Parlement [Keystone]
La conseillère d'Etat UDC grisonne Eveline Widmer-Schlumpf, préférée à Christoph Blocher mercredi, a mis fin au suspense jeudi en acceptant son élection au Conseil fédéral. Dans la foulée l'UDC a exclu ses 2 ministres élus de son groupe parlementaire.

Prenant la parole après Eveline Widmer-Schlumpf, le chef de file
UDC aux Chambres Caspar Baader a indiqué que la nouvelle
conseillère fédérale ainsi que Samuel Schmid ne faisaient plus
partie du groupe parlementaire, confirmant que l'UDC entrait
désormais dans l'opposition.

Les deux ministres UDC, qui ne pourraient être exclus du parti
que par leur section cantonale, se retrouvent ainsi sans soutien
politique de l'Union démocratique du centre. Ils ne pourront plus
participer non plus aux séances du groupe et se retrouvent donc
isolés. Avec l'élection

à la place de Christoph Blocher,
le Parlement a montré qu'il ne voulait plus que la politique de
l'UDC soit représentée au gouvernement, a fait valoir Caspar
Baader.

Le combat continue

Parmi les

, celle du président du
parti n'est pas passée inaperçue. Ueli Maurer pense que certains
élus UDC ne suivront pas et qu'une scission est imminente. "Les
Grisons seront solidaires entre eux", prédit-il, "et peut-être que
quelques Bernois aussi, mais pas tous". Les n'excluent d'ailleurs
pas cette possibilité. Plus modéré, le Fribourgeois Jean-François
Rime estime qu'il faut "rétablir la sérénité au sein de notre
groupe".





Pour Caspar Baader, le choix de l'Assemblée fédérale foule au pied
la volonté des électeurs et perturbe le système politique
helvétique. Et de promettre que l'UDC va continuer de combattre les
décisions qui ne lui correspondent pas. "Nous ferons pression sur
le Parlement et le gouvernement avec des initiatives et des
référendums", a averti le Bâlois. Quant à Christoph Blocher, il a
assuré que sa carrière politique n'était pas terminée.

Honorée et pressée

Devant les Chambres réunies, Eveline Widmer-Schlumpf, qui avait
demandé un délai de réflexion jusqu'à 8h jeudi, a expliqué avoir
été très surprise par "les événements" de mercredi et a remercié
les parlementaires pour le temps qu'ils lui ont accordé afin
d'analyser la situation.





"Cette élection est un grand honneur pour moi, pour mon parti", a
déclaré la nouvelle conseillère fédérale. "Par cette élection vous
m'avez confié une tâche, que je ne peux toutefois assurer que si je
peux compter sur votre soutien", a-t elle déclaré à l'adresse des
parlementaires. Si à l'avenir "nous ne sommes pas toujours du même
avis, c'est la démocratie. Mais je vous invite à le faire toujours
avec respect". Elle a ensuite prêté serment devant l'Assemblée
fédérale. Elle a dû toutefois s'y prendre à deux fois, ayant été un
peu trop prompte à dire "je le jure".





ats/cab/boi

Publié le 13 décembre 2007 - Modifié le 28 juin 2010

Trois femmes ministres

Avec l'élection d'Eveline Widmer-Schlumpf, trois femmes siégeront pour la première fois au Conseil fédéral.

En ajoutant la nouvelle chancelière Corina Casanova, elles sont désormais aussi nombreuses que les hommes au gouvernement.

Jusqu'à présent, le nombre de conseillères fédérales n'a jamais excédé deux.

La première conseillère fédérale de l'histoire a été la radicale zurichoise Elisabeth Kopp, élue en octobre 1984. Après sa démission forcée en 1989, il a fallu attendre quatre ans l'élection d'une nouvelle femme, Ruth Dreifuss en 1993, au gouvernement.

Le gouvernement reste dominé par les sexagénaires, mais l'entrée de l'UDC grisonne, 51 ans, fait passer sa moyenne d'âge en dessous des 59 ans.

Les deux radicaux Pascal Couchepin et Hans-Rudolf Merz ont déjà fêté leur 65 ans, l'âge légal de la retraite. Les socialistes Micheline Calmy-Rey (62 ans) et Moritz Leuenberger (61 ans) ne sont plus très loin, tout comme l'UDC Samuel Schmid (60 ans).

La PDC Doris Leuthard, âgée de 44 ans, reste de loin la benjamine.

Hans-Rudolf Merz vice-président

Hans-Rudolf Merz a été élu à la vice-présidence de la Confédération en 2008, en lieu et place de Christoph Blocher peu après le "oui" d'Eveline Widmer-Schlumpf.

Le ministre des finances accède ainsi à ce poste une année avant la date logique.

L'Appenzellois de 65 ans a été brillamment élu, obtenant 193 voix, alors que la majorité absolue était de 106 voix.

Ainsi, l'année prochaine, les deux conseillers fédéraux radicaux seront à la tête du gouvernement, Pascal Couchepin ayant été nommé mercredi à la présidence.