Modifié le 28 juin 2010

Mendicité à Genève: la polémique continue

Laurent Moutinot et Monica Bonfanti lors de la conférence de presse
Laurent Moutinot et Monica Bonfanti lors de la conférence de presse [Keystone]
La polémique sur la mendicité continue de faire des vagues à Genève. Lors de la présentation du bilan 2006 de la police, Laurent Moutinot a réaffirmé que faire la manche n'était pas punissable. Les premiers Roms ont d'ailleurs été remboursés par la police (voir ci-contre notre information exclusive).

Il a annoncé vouloir clarifier la situation avec le Grand
Conseil et le procureur général. Contrairement à Daniel Zappelli et
au parti libéral genevois, le chef du Département des institutions
estime que l'aumône pure n'est pas un délit.





«En revanche, les mendiants qui enfreignent la loi, celle sur les
étrangers ou sur la traite d'être humains, doivent être
poursuivis», a-t-il déclaré jeudi devant la presse.

Erreurs commises

Laurent Moutinot admet que la police a commis certaines erreurs.
Elle n'est notamment pas en mesure de rembourser aux mendiants des
amendes perçues, comme l'a révélé un reportage de «Temps présent»
diffusé jeudi 14 juin (voir document ci-dessus).





Il y a dix jours, le conseiller d'Etat avait abrogé le règlement
interdisant la mendicité. Selon lui, il n'a plus sa raison d'être
depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi pénale genevoise fin
janvier.





Le magistrat socialiste avait alors ordonné à la police de ne plus
distribuer d'amende aux gens qui demandent l'aumône et de
rembourser les sommes encaissées, qui avoisinent au total 85 000
francs.

Bilan de la police

La cheffe de la police Monica Bonfanti a ensuite commenté le
bilan 2006 des activités de la police, présenté pour la première
fois selon la nouvelle statistique policière fédérale de la
criminalité. Le relevé est différent et les chiffres pas forcément
comparables avec ceux de l'année précédente, a-t-elle relevé.





Les atteintes à l'intégrité corporelle se sont inscrites en baisse
avec cinq homicides et des cas de violence domestique en
diminution. En revanche, les lésions corporelles ont légèrement
augmenté.

Car-jacking à la hausse

En matière de brigandage, 10 hold up et tentatives ont été
signalés. La police a aussi dénombré 17 cas de car-jacking. Ce type
d'agression, en augmentation, est souvent dû à la criminalité
transfrontalière, selon la cheffe de la police. Les infractions
contre le patrimoine ont représenté 82,5 % du total des infractions
commises en 2006. Les cas se sont multipliés sur la voie et dans
les lieux publics, a relevé Mme Bonfanti.





Les vols à l'astuce ont fait un bond, passant de 1000 en 2005 à
quelque 1600 en 2006. Il faut continuer à informer la population
sur les «trucs» utilisés par les malfrats pour commettre ce genre
de délits, a souligné Laurent Moutinot.





Les vols dans des véhicules ont eux légèrement augmenté. Au niveau
des accidents, la tendance est à la stabilité, avec 16 accidents
mortels.





ats/nr

Publié le 21 mai 2008 - Modifié le 28 juin 2010

Les premiers Roms remboursés

Dans une conférence de presse tenue ce matin à Genève, le journaliste de Temps Présent William Heinzer a souligné qu'un principe juridique élémentaire n'a pas été respecté, à savoir la possibilité pour un contrevenant de se défendre.

Les Roms ne parlent en effet généralement pas le français et leurs possibilités de recours ne leur ont jamais été expliquées.

Conclusion de William Heinzer: "Ces amendes, non notifiées, ne sont pas valables. Au total, ce sont des centaines de milliers de francs qui devront être remboursés aux Roms".

Information exclusive de la TSR: le service genevois des contraventions a commencé à rembourser les premières amendes non notifiées. Sur un document officiel en possession du journaliste de Temps Présent, il est précisé que deux Roms ont reçu jeudi 14 juin des dédommagements se montant à 7035,90 francs.

Drogues, prostituées: à la hausse

Les saisies de drogues dures sont en très nette augmentation. La police a confisqué 52 kg d'héroïne (+ 28 kg) et 52 kg de cocaïne (+ 17 kg). Elle va continuer l'opération entamée en 2007 visant à lutter contre l'implantation d'un milieu albanais.

Le nombre de prostituées recensées a augmenté, passant de 1186 en 2005 à 1497 en 2006 (+ 26 %). Vu l'extension des accords bilatéraux aux pays de l'Est, cette tendance à la hausse devrait se poursuivre, a souligné la cheffe de la police.