Modifié le 28 juin 2010

Public Eye Awards décernés à Davos

La touche indienne qui caractérise le WEF 2006 a aussi été reprise par le Public Eye.
La touche indienne qui caractérise le WEF 2006 a aussi été reprise par le Public Eye. [DR]
Les multinationales américaines ont raflé tous les Public Eye Awards remis mercredi à Davos en marge du Forum économique mondial (WEF). Ces prix «récompensant» les entreprises jugées les plus irresponsables sont allés à Chevron, Walt Disney et Citigroup.

Les Public Eye Awards, remis pour la deuxième année consécutive
par la Déclaration de Berne et Pro Natura, se veulent une
«plate-forme publique dénonçant les aspects négatifs d'une
mondialisation axée purement sur le profit», a expliqué à la presse
Sonja Ribi, de Pro Natura. Ils doivent «rappeler aux membres du WEF
(...) que l'opinion publique attend d'eux une responsabilisation
accrue», a-t-elle ajouté.

Aucun représentant de la vingtaine d'entreprises nominées
n'était présent à la cérémonie animée par le comédien alémanique
Patrick Frey. En revanche, des personnalités comme l'ancienne
conseillère nationale Gret Haller ou la secrétaire générale
d'Amnesty International Irene Khan ont pris part à la
manifestation.

Les pollueurs mis à l'index

Celle-ci a vu la victoire de l'Américain Chevron Corporation sur
ses «concurrents» suisses Novartis, Ciba ou Syngenta dans la
catégorie environnement. Le groupe pétrolier texan était nominé par
l'ONG californienne Amazon Watch, car il a pollué durant une
trentaine d'années de larges portions de la forêt amazonienne au
nord de l'Equateur et a refusé jusqu'ici de réparer pleinement les
dégâts.





Pour la représentante d'Amazon Watch, Jennifer DeLury Ciplet, ce
Public Eye Award doit permettre d'attirer davantage l'attention des
médias et du public sur les agissements de Chevron en Equateur.
Elle espère que cela poussera l'entreprise à changer ses pratiques
et à fournir de l'aide aux populations dont les réserves d'eau
potables ont été gravement affectées par la pollution.

Droits de l'homme à respecter

Citigroup, Disney et Chevron "distinguées" par le
Public Eye of Davos
Citigroup, Disney et Chevron "distinguées" par le Public Eye of Davos [DR]
Dans la catégorie droits de
l'homme, le prix sanctionne les conditions de travail imposées par
le groupe Walt Disney dans ses usines en Chine. Les ouvriers y
travaillent jusqu'à 90 heures par semaine pour produire des livres
pour enfants, a souligné Parry Leug, de l'ONG hong-kongaise
SACOM.





Enfin, le groupe bancaire Citigroup a remporté la palme dans la
catégorie fiscalité. En effet, sa filiale Citibank favorise
l'évasion fiscale dans la mesure où elle aide des personnes
fortunées, des potentats - comme l'ancien dictateur chilien
Augusto Pinochet - ou des entreprises à échapper au fisc de
leur pays, ont affirmé les organisateurs.





ats/sn/dk/nh

Publié le 29 janvier 2006 - Modifié le 28 juin 2010

Prix positif

Les organisateurs ont par ailleurs remis pour la première un «Positive Award» au syndicat mexicain SNRTE et aux ONG allemandes Germanwatch et FIAN; ces trois groupes se sont unis pour lutter contre la fermeture d'une usine appartenant à la multinationale du pneu Continental au Mexique.

En oeuvrant de concert, ils sont parvenus à faire rouvrir l'usine et ont permis aux travailleurs de devenir co-propriétaires de cette fabrique, a expliqué Oliver Classen, de la Déclaration de Berne. A ses yeux, cela montre que les grosses entreprises «améliorent leur comportement quand elles sont mises sous pression par des groupes locaux ou des campagnes internationales».

Le Forum social mondial 2006 à Caracas

Après avoir débuté à Bamako au Mali le 19 janvier, le Forum social mondial (FSM) s'est ouvert mardi pour six jours au Venezuela par une manifestation contre la guerre et la mondialisation néo-libérale qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale Caracas.

Les manifestants ont ciblé le président Bush et prôné l'alternative politique en Amérique du sud incarnée par Hugo Chavez, critique de toujours de l'"impérialisme" américain.

Le FSM proposera jusqu'à dimanche quelque 2000 manifestations (séminaires, discours et concerts) traitant de la lutte contre la mondialisation, les conflits et l'impérialisme dans le monde.