Modifié le 28 juin 2010

Mort du guide valaisan Sébastien Gay

Sébastien Gay s'est tué en pratiquant du "speedflying"
Sébastien Gay s'est tué en pratiquant du "speedflying" [Keystone]
L'homme de 28 ans qui s'est tué samedi à Verbier (VS) en pratiquant le «speedflying» était le guide valaisan renommé Sébastien Gay. Il s'était notamment distingué en 2003 en bouclant un tour du Valais en suivant la frontière cantonale.

Le guide était accompagné de son épouse Géraldine Fasnacht quand
le drame s'est produit, a indiqué lundi Jean-Marie Bornet,
porte-parole de la police cantonale valaisanne, confirmant une
information du «Matin».





Lors de l'accident, qui s'est produit à proximité du domaine
skiable de Verbier dans la région du Creublet, Sébastien Gay s'est
écrasé contre un rocher. Le skieur a été secouru, puis héliporté à
l'hôpital de Sion où il a succombé à ses blessures. Le
«speedflying» consiste à skier avec un mini-parachute qui permet de
faire des bonds en l'air.





La femme de Sébastien Gay, Géraldine Fasnacht, est une des
meilleures «freerideuses» du monde. Elle a notamment remporté à
deux reprises l'Xtreme de Verbier, en 2002 et 2003.





ats/nr

Publié le 10 mars 2008 - Modifié le 28 juin 2010

L'expédition «Arête valaisanne»

En 2003, Sébastien Gay avait achevé, en compagnie de Claude Alain Gailland, son expédition «Arête valaisanne».

Les deux guides valaisans avaient parcouru 640 kilomètres et gravi 330 sommets au cours d'un périple de 78 jours en montagne. Le parcours comprenait notamment 18 sommets de plus de 4000 mètres.

L'«Arête valaisanne», entamée en juin 2002, avait duré plus longtemps que prévu. En septembre 2002, un bloc de pierre avait provoqué une fracture ouverte à la main de Claude-Alain Gailland, nécessitant son hospitalisation et une opération.

Les deux sportifs avaient repris le chemin des sommets le 28 juillet 2003 depuis la Furka, à l'endroit précis où ils avaient dû stopper leur expédition en 2002.