Modifié le 13 octobre 2017

Twitter boycotté en soutien à Rose McGowan dans l'affaire Weinstein

L'actrice américaine Rose McGowan, une des accusatrices dans le scandale Harvey Weinstein.
L'actrice américaine Rose McGowan, une des accusatrices dans le scandale Harvey Weinstein. [Richard Shotwell - Invision/AP/Keystone]
Plusieurs célébrités américaines ont lancé un appel à boycotter Twitter vendredi en soutien à l'actrice Rose McGowan. Le réseau social avait suspendu le compte de la comédienne, une des victimes présumées de Harvey Weinstein.

#WomenBoycottTwitter: c'est avec ce hashtag que Hollywood et des activistes comptent protester vendredi "en soutien à Rose McGowan et à toutes les victimes de haine et de harcèlement que Twitter n'a pas soutenues".

L'ingénieure féministe Kelly Ellis a lancé le mouvement vendredi à minuit heure de New York, rapportent plusieurs médias dont le Guardian. Elle-même victime de harcèlement sur Twitter, elle avait témoigné l'an dernier des menaces de viol reçues et du manque de réaction de la plateforme à l'oiseau bleu.

L'appel de la jeune femme a été entendu par plusieurs célébrités, dont les comédiennes Alyssa Milano, Kerry Washington et l'acteur John Cusack:

Une suspension de 12 heures pour des raisons floues

A l'origine de ce boycott, la suspension temporaire du compte de Rose McGowan par Twitter. La semaine dernière, l'actrice, mentionnée par le New York Times dans l'article qui a mis le feu au poudre à l'affaire Harvey Weinstein, a affirmé qu'elle avait été violée par le producteur.

Accusant l'acteur Ben Affleck - et d'autres à Hollywood - d'avoir couvert Harvey Weinstein, Rose McGowan a notamment tweeté "Ben Affleck Fuck off" (soit "Va te faire foutre Ben Affleck").

 

Elle a ensuite été suspendue de Twitter durant douze heures, une suspension qu'elle a annoncée... sur un autre réseau social, à savoir Instagram:

"Twitter m'a suspendue. De puissantes forces sont en marche. Soyez ma voix", a-t-elle écrit en publiant une capture d'écran du message de suspension.

La mesure a suscité la colère d'internautes. Face à la controverse, Twitter est sorti du bois jeudi, expliquant avoir pris cette décision après un tweet de l'actrice incluant un numéro de téléphone privé. "Le tweet a été supprimé et son compte débloqué", a déclaré un porte-parole du réseau social.

 

Derrière cette affaire s'en cache une autre, régulièrement décriée: le flou qui règne autour des règles de blocage de comptes sur Twitter et la politique de laissez-faire du réseau social. "Nous serons à l'avenir plus clairs sur nos décisions", a promis la plateforme jeudi.

tmun

Publié le 13 octobre 2017 - Modifié le 13 octobre 2017