Mise à jour le 27 novembre 2013

L'OMS s'excuse pour une analyse trompeuse des cas de VIH en Grèce

Le siège de l'OMS à Genève
Le siège de l'OMS à Genève [AFP]
Dans un communiqué publié mardi, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'excuse pour avoir annoncé, par erreur, qu'une partie des Grecs s'inoculaient délibérément le sida pour bénéficier des aides sociales.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié mardi un communiqué d'excuse pour avoir annoncé, à tort, que des Grecs s'inoculaient volontairement le virus du sida pour toucher des aides sociales.

Dans un rapport publié en septembre par l'organisation, on pouvait ainsi lire qu'en Grèce, environ "la moitié des nouvelles contaminations au VIH (étaient) auto-infligées, dans le but de recevoir 700€ par mois d'allocations et d'accélérer l'admission dans des programmes où l'on peut recevoir des drogues de substitution."

L'information était passée plutôt inaperçue jusqu'à ce que les médias commencent à la reprendre. L'OMS a alors jugé utile de publier ces précisions:

"Un peu plus de la moitié des nouvelles contaminations au VIH -qui sont en hausse en Grèce- sont constatées chez des personnes qui s'injectent des drogues. Mais rien ne prouve que les contaminations délibérées n'aillent au-delà de quelques cas."

Selon l'OMS, un problème d'édition du rapport est à l'origine de l'erreur.

ptur