Mise à jour le 27 novembre 2013

La vidéo en ligne, nouvelle arme diplomatique de l'Iran

Javad Zarif (à gauche) et le président Hassan Rohani sont très présents sur les réseaux sociaux.

Javad Zarif (à gauche) et le président Hassan Rohani sont très présents sur les réseaux sociaux. [EPA/ABEDIN TAHERKENAREH - Keystone]

Le nouveau gouvernement iranien, très actif sur les réseaux sociaux, produit depuis peu des vidéos sur Youtube, notamment lors des négociations à Genève sur son programme nucléaire controversé.

L'Iran tente d'occuper au maximum l'espace sur les réseaux sociaux alors que Twitter et Facebook restent interdits dans le pays. De nombreux ministres du nouveau président Hassan Rohani ont ouvert des comptes Facebook ou Twitter, et maintenant Youtube.

Le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif, dont le compte Twitter est actif depuis le 4 septembre dernier, a publié un entretien en vidéo sur Youtube lors des négociations sur le nucléaire iranien à Genève. Cette vidéo en ligne, sous-titrée dans une multitude de langues, débute par une mise en scène dans un magnifique palais et une douce mélodie.

Les réseaux sociaux et surtout Twitter ont pris une grande importance dans la communication de Téhéran. L'accord entre l'Iran et les grandes puissances signé à Genève dimanche a été annoncé en primeur sur Twitter par le ministre iranien. "Nous avons un accord", a écrit Javad Zarif à 3h03 du matin, dans la nuit du 23 au 24 novembre.

Cette annonce a été suivie de peu par celle du Département d'Etat américain, aussi très actif sur Twitter.

Les Etats-Unis plus seuls sur Twitter

Face à l'activisme grandissant de l'Iran sur Twitter, le gouvernement américain redouble d'efforts. Mardi, une semaine après la publication de l'entretien de Javad Zarif, le Département d'Etat américain a diffusé à son tour une vidéo. Mise en scène plutôt sobre de John Kerry qui délivre un message très pédagogique.

"Je voulais prendre une minute pour partager avec vous un point de vue intérieur sur ce qu'on a vraiment accompli" à Genève, déclare John Kerry au début de son message, uniquement en anglais.

Valentin Tombez

Le fil twitter de Javad Zarif