Modifié le 16 octobre 2013

La NSA aurait menti sur le nombre d'attentats déjoués grâce aux écoutes

Le général Alexander est sous le feu des critiques depuis les révélations d'Edward Snowden.
Le général Alexander, directeur de la NSA, est sous le feu des critiques depuis les révélations d'Edward Snowden. [AP Photo/ Evan Vucci - ]
Le directeur de la NSA a avoué devant une commission du Congrès américain que seuls un ou deux attentats ont été identifiés grâce aux écoutes téléphoniques, alors qu'il en annonçait plus de 50 en juin.

Après les révélations en juin d'Edward Snowden sur le vaste système d'espionnage aux Etats-Unis, le patron de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) avait répliqué qu'il s'agissait d'un outil vital ayant contribué à déjouer une cinquantaine d'attentats depuis le 11 septembre 2001.

"C'est totalement faux", a déclaré mercredi le sénateur Patrick Leahy, membre de la commission du renseignement du Sénat américain, au site thestateweekly.com. Interrogé par cette commission, le patron de la NSA Keith Alexander a admis que sur la cinquantaine d'attentats potentiels avancés, seulement 13 concernaient les Etats-Unis et seuls un ou deux ont été identifiés grâce aux écoutes téléphoniques.

Loi en préparation

La commission du renseignement a entamé fin septembre des discussions sur une loi visant à poser des limites à la surveillance des données téléphoniques tout en préservant le programme de la NSA. Ce débat ne concerne pour l'instant que les Etats-Unis.

Suite au tollé provoqué par l'affaire Snowden, Barack Obama avait annoncé son intention de réformer le Patriot Act, qui prévoit la collecte des métadonnées téléphoniques.

vtom

Publié le 16 octobre 2013 - Modifié le 16 octobre 2013

Le journaliste qui révéla Snowden quitte le Guardian

Glenn Greenwald, le journaliste à l'origine des révélations d'Edward Snowden sur le système de surveillance cybernétique américain, a annoncé mardi son départ du Guardian sur le site internet Buzzfeed.

Le journaliste américain, qui vit à Rio de Janeiro, a précisé qu'il avait le projet de fonder un nouveau média généraliste "d'envergure", qui traitera de sport, spectacles, culture et magazines.

Le projet devrait être sera financé par le fondateur du site de commerce en ligne eBay, Pierre Omidyar, selon un proche du dossier cité par le quotidien américain Washington Post.