Modifié le 02 novembre 2017

Nombre "inhabituellement élevé" d'intoxications liées aux champignons

Les spécialistes mettent en garde contre le risque de confusion entre certaines espèces de champignons, comme les différents types d'amanites.
Les spécialistes mettent en garde contre le risque de confusion entre certaines espèces de champignons, comme les différents types d'amanites. [Lionel Montico - Hemis/AFP]
La belle poussée de champignons cette année a conduit à une augmentation des cas d'intoxication, avec 543 cas recensés fin octobre contre 379 l'an dernier, selon Tox Info, le Centre suisse d'information toxicologique.

Cette augmentation est manifeste dans tous les cantons. Le nombre d'intoxication est "inhabituellement élevé", témoigne Katharina Schenk-Jäger, de Tox Info. Il faut remonter à 2012 pour trouver un nombre d'empoisonnements au-dessus de la moyenne.

La raison de cette hausse s'explique par la grande quantité de champignons disponibles cette année, explique l'Association suisse des organes officiels de contrôle des champignons (VAPKO).

35 kg de champignons vénéneux

La VAPKO recommande de soumettre sa cueillette à un contrôleur. L'année dernière, les spécialistes ont retiré des spécimens impropres à la consommation dans environ 40% des contrôles. Dans 15% des cas, des champignons vénéneux ont été éliminés et dans 2 à 3%, certains étaient mortels.

Sur 20'000 contrôles annuels, cela a représenté environ 3000 lors desquels des champignons toxiques ont été trouvés. Au total, les contrôleurs ont saisi quelque 35 kilos de champignons mortels.

ats/hend

Publié le 02 novembre 2017 - Modifié le 02 novembre 2017

Risque de confusion

Les spécialistes mettent en garde contre le risque de confusion entre certaines espèces de champignons, comme les différents types d'amanites et de russules. Les bolets n'échappent pas à la règle, certains spécimens étant non comestibles comme le bolet radicant, bien trop amer.

Les applications pour champignons que l'on peut charger sur son téléphone portable ne remplacent en aucun cas le contrôle officiel, selon les professionnels. Elles ne doivent servir que comme première orientation, mais non décisive pour la consommation, avertit Katharina Schenk-Jäger.

En cas de symptômes d'empoisonnement liés à des champignons, il faut s'adresser au 145 de Tox Info ou en cas d'urgence directement au 144 pour obtenir une assistance médicale.