Modifié le 20 avril 2017

La Dépakine à l'origine de plusieurs milliers de malformations en France

Les dangers liés au valproate de sodium, la substance contenue dans ce médicament, étaient connus dès les années 80.
Les dangers liés au valproate de sodium, la substance contenue dans ce médicament, étaient connus dès les années 80. [DR - AFP]
La Dépakine, un médicament antiépileptique nocif pour le foetus, aurait provoqué des malformations congénitales majeures chez 2150 à 4100 enfants en France depuis 1967, selon une étude publiée jeudi.

Cette évaluation de l'Agence française du médicament porte sur l'ensemble de la période de commercialisation de la Dépakine (valproate) en France, allant de 1967 à 2016, et de ses dérivés avec lesquels les mères ont été traitées pendant la grossesse pour épilepsie ou troubles bipolaires.

"L'étude confirme le caractère tératogène (cause de malformations, ndlr) très important du valproate", a déclaré le Dr Mahmoud Zureik, directeur scientifique de l'Agence du médicament.

Risques connus depuis les années 1990

Les risques ont commencé à émerger au milieu des années 1990 mais le médicament, indispensable chez certains patients ne répondant pas aux autres antiépileptiques, n'a été déconseillé qu'en 2006 aux femmes enceintes.

Ce n'est qu'en novembre 2014 qu'un arbitrage européen a répertorié l'ensemble des risques.

En France, le valproate ne peut désormais être prescrit aux femmes enceintes ou en âge de procréer qu'en cas d'échec aux autres traitements disponibles dont le risque est bien moindre.

afp/ta

Publié le 20 avril 2017 - Modifié le 20 avril 2017