Modifié le 05 juillet 2018

Plus de 26'000 espèces figurent sur la liste rouge des espèces menacées

L'UICN a publié sa Liste rouge. Elle recense les espèces en danger sur notre planète pour une organisation basée à Gland.
L'UICN a publié sa Liste rouge. Elle recense les espèces en danger sur notre planète pour une organisation basée à Gland. 19h30 / 2 min. / le 05 juillet 2018
L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a publié jeudi la mise à jour de sa Liste rouge, qui recense les espèces menacées. Pour beaucoup, changements climatiques et espèces invasives sont les principales menaces.

La liste rouge de l'UICN, une organisation internationale basée à Gland (VD), contient maintenant 93'577 espèces, selon sa dernière mise à jour publiée jeudi.

Parmi elles, près de 12'000 sont considérées comme "vulnérables", plus de 14'000 sont menacées voire très menacées d'extinction et près de 900 sont déjà éteintes.

"Quand une espèce est éteinte, c’est trop tard", a souligné la directrice de l'UICN Inger Andersen à la RTS. "Nous perdons actuellement des espèces mille fois plus rapidement que leur rythme d’extinction naturel! C’est significatif, la Terre ne va pas très bien et ce n’est pas un problème pour la planète uniquement, mais aussi pour les humains."

>> Revoir aussi la page spéciale sur sur la biodiversité: La biodiversité en danger en Suisse: "une crise plus grave que celle du réchauffement climatique"

 

 

De nombreux reptiles australiens sur la liste

Au total, 7% des reptiles d'Australie, notamment les lézards et les serpents, sont aujourd'hui menacés d'extinction, indique l'UICN.

Parmi eux, le "Dragon des pâturages sans oreilles" (Tympanocryptis pinguicolla) est passé de "vulnérable" à menacé; quant au Varan de Mitchell (Varanus mitchelli), il a fait son entrée dans la catégorie "danger critique d'extinction". Ces deux espèces ne se trouvent qu'en Australie.

L'organisation explique que la plupart des lézards et serpents australiens sont fragilisés par des espèces exotiques envahissantes, comme les chats sauvages ou les crapauds buffles, toxiques. L'impact de ces espèces envahissantes est souvent combiné à celui du changement climatique, qui se traduit notamment par une évolution de l'intensité et de la fréquence des incendies, qui menace l'habitat des reptiles.

L'UICN a à ce jour recensé 975 espèces de reptiles en Australie, dont la majorité est endémique du continent.

La Roussette noire menacée par l'abattage

La Roussette noire, ou Renard volant de Maurice (Pteropus niger), a elle aussi fait son entrée dans la catégorie des espèces menacées d'extinction.

La population de cette espèce de grande chauve-souris, endémique des îles Maurice et de la Réunion, a diminué d'environ 50% entre 2015 et 2016, en grande partie à cause d'une campagne d'abattage initiée par le gouvernement mauricien.

L'espèce est également vulnérabilisée par la déforestation, les cyclones, le braconnage et la mortalité accidentelle causée par le contact avec les lignes électriques. Elle joue pourtant un rôle de pollinisateur utile à l'écosystème, pointe l'UICN.

Quatre espèces de crapauds redécouvertes

L'organisation cite encore les coléoptères des Açores, "éléments-clés des écosystèmes", dont 74% sont menacés d'extinction. En cause: les espèces végétales envahissantes, de nouveaux modes d'exploitation des terres ou l'assèchement du climat, qui dégradent leur habitat.

L'UICN se félicite toutefois de la redécouverte en Amérique du Sud de quatre espèces de crapauds auparavant considérées comme éteintes.

Sujet développé dans le 19h30

ptur

Publié le 05 juillet 2018 - Modifié le 05 juillet 2018

La demande de parfum menace l'un des bois les plus précieux

Côté végétal, l'Aquilaria, un arbre qui produit le bois d'agar, l'un des plus précieux au monde, est entré dans la catégorie des espèces en danger critique d'extinction. Le bois d'agar, sombre et odorant, est très prisé des parfumeurs dans le monde entier et son coût peut atteindre des milliers de dollars par kilo.

L'Aquilaria est en conséquence la cible d'une exploitation forestière et d'un braconnage intensifs, qui ont entraîné une diminution drastique de sa population.