Modifié le 26 décembre 2017

L’apparition des bourgeons est toujours plus précoce dans les Alpes

Bourgeons du noisetier.
L'apparition des bourgeons est toujours plus précoce dans les Alpes La Matinale / 1 min. / le 26 décembre 2017
Les bourgeons apparaissent de manière toujours plus précoce au printemps dans les Alpes en raison du réchauffement climatique, constate une étude basée sur plus de 20'000 observations effectuées en Suisse.

La recherche émane de l’Université de Neuchâtel et de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). L’équipe du biologiste Yann Vitasse, chercheur engagé dans ces deux entités, a analysé plus de 20'000 observations effectuées en Suisse depuis 1960 par des volontaires et collectées par Météosuisse.

Ces observations concernent les dates d’apparition des feuilles de quatre essences forestières parmi les plus répandues du pays: l’épicéa, le mélèze, le noisetier et le hêtre. Celles-ci offrent un aperçu représentatif du démarrage progressif du printemps.

Ainsi, au début des années 1960, l’apparition des feuilles des arbres se décalait de cinq semaines environ par 1000 mètres de dénivelé. Aujourd'hui, le retard ne dépasse pas trois semaines.

L'apparition du printemps "s'uniformise"

Selon les auteurs de l’étude, l’écart diminue surtout après un hiver chaud. Pour Yann Vitasse cité dans un communiqué, "le réchauffement climatique à venir pourrait uniformiser davantage l’apparition du printemps dans les zones montagneuses".

Selon lui, il faut ainsi s’attendre à des répercussions sur la structure et la fonction des écosystèmes forestiers, en particulier via des changements dans les interactions entre les plantes et les animaux. Cependant, pour l’heure, l'impact réel d’un tel changement demeure encore largement méconnu.

Yves Terrani/jvia

Publié le 26 décembre 2017 - Modifié le 26 décembre 2017