Modifié le 30 octobre 2017

Les glaciers suisses enregistrent une fonte presque record en 2017

Les glaciers suisses ne cessent de fondre. Ici celui de Moiry, en Valais.
Les glaciers suisses ne cessent de fondre. Ici celui de Moiry, en Valais. [Anthony Anex - Keystone]
Les glaciers suisses ont perdu 3% de leur volume en un an, soit 1,5 milliard de mètres cubes de glace. Le recul est nettement au-dessus de la moyenne, avertissent les experts.

La fonte de glace enregistrée entre octobre 2016 et septembre 2017 permettrait à chaque ménage du pays de remplir une demi-piscine olympique, d'une longueur de 25 mètres, ont annoncé lundi des experts de l’Académie des sciences naturelles.

La perte de volume est encore plus importante que celle enregistrée durant l'été caniculaire de 2015.

Avec 2003 et 2011, 2017 figure parmi les trois années où la fonte des glaciers a été la plus intense depuis le début des relevés il y a un siècle.

Hiver court et sans neige

Une des raisons de ce recul presque record est l'hiver dernier bref et pauvre en neige, explique le communiqué: très ensoleillé et chaud, surtout en montagne, le mois de décembre 2016 a été le plus sec et le moins neigeux depuis le début des mesures. Janvier et février 2017 ont été plus secs que la moyenne.

Autre facteur défavorable aux glaciers, une seconde moitié de mai sèche et très chaude, mais surtout un mois de juin au deuxième rang des plus chauds depuis le début des relevés.

>> Lire aussi: Jusqu'à 40% de précipitations en moins cette année en Suisse romande

ats/jgal

Publié le 30 octobre 2017 - Modifié le 30 octobre 2017

Oberland bernois et Valais particulièrement touchés

Cette fonte au-dessus de la moyenne touche toutes les régions de Suisse, mais les glaciers entre l'ouest de l’Oberland bernois et le Valais ont subi les plus fortes pertes, soit ceux de Tsanfleuron, et de la Plaine Morte ainsi que le Griesgletscher. Pour eux, l'épaisseur de glace a diminué de 2 à 3 mètres.

La plupart des autres glaciers ont eux connu une diminution de 1 à 2 mètres. Les plus faibles pertes d’épaisseur ont été mesurées au glacier du Rhône et sur des glaciers de la région du Gothard, mais elles sont tout de même encore d'un bon mètre.