Publié le 16 juillet 2017

L'observatoire du Gornergrat permet d'amener les étoiles dans les écoles

L'Observatoire du Gornergrat est accessible à tous à distance
L'Observatoire du Gornergrat est accessible à tous à distance 19h30 / 2 min. / le 16 juillet 2017
Le site du Gornegrat (VS) est avant tout connu pour sa vue imprenable sur le Cervin. Mais l'observatoire astronomique fournit aussi désormais du matériel pédagogique de qualité aux écoles.

Les Universités de Berne et de Genève ont construit et aménagé un observatoire pédagogique au Gornergrat, à 3100 mètres d'altitude, dont les télescopes et instruments servent en premier lieu au grand public.

Les scientifiques ont créé un portail internet pour mettre à disposition du matériel pédagogique tout niveau et de qualité qui est en premier lieu destiné aux écoles. Les écoliers peuvent ainsi accéder via internet à toutes les images fournies par l'observatoire.

Le ciel à la maison

La vedette de l'observatoire est un télescope à miroir de 60 cm qui dispose d'un champ visuel particulièrement grand permettant l'observation des objets très étendus comme les galaxies et les grandes nébuleuses.

Comme ce champ de vision est trop grand pour observer les plus petits objets comme les planètes, comètes ou astéroïdes, un télescope planétaire a aussi été installé. C'est grâce à lui qu'on peut observer les petits détails de Jupiter, les anneaux de Saturne ou encore les cratères lunaires.

Une image de nébuleuse fournie par le Stellarium du Gornegrat
Une image de nébuleuse fournie par le Stellarium du Gornegrat [stellarium-gornergrat.ch]
 

L’offre comprend enfin un appareil photographique avec un objectif "fish-eye" capable de reproduire le ciel entier et qui fournit toutes les cinq minutes et par tous les temps un enregistrement à 360 degrés du ciel sur le Gornergrat.

Toutes ces images sont mises à disposition du public. Pour y accéder, il suffit de s’inscrire gratuitement sur le portail du Stellarium du Gornergrat, qui propose des contenus en allemand et en français.

Stéphanie Jaquet et Frédéric Boillat

Publié le 16 juillet 2017