Modifié le 14 juillet 2017

Un coeur artificiel développé avec une imprimante 3D à l'EPFZ

L'EPFZ a imprimé des coeurs artificiels en 3D.
Un coeur artificiel développé avec une imprimante 3D à l'EPFZ Le Journal du matin / 1 min. / le 14 juillet 2017
Des chercheurs de l'EPFZ annoncent avoir fabriqué un coeur artificiel en silicone avec une imprimante 3D. Sa durée de fonctionnement ne dépasse pour l'heure pas 30 minutes, mais il ouvre de réelles perspectives.

"L'axe de recherche est très intéressant parce qu'un des problèmes majeurs actuellement est l'insuffisance cardiaque terminale" explique le Professeur Mathias Kirsch, responsable de la chirurgie cardiaque adulte au CHUV à Lausanne.

Pour l'instant, la seule réponse valable sur le très long terme est la transplantation cardiaque, rappelle ce spécialiste. "Mais elle est limitée par le nombre de donneurs d'organes, qui est extrêmement restreint." Le cœur artificiel en silicone pourrait donc à l'avenir augmenter le nombre de patients bénéficiant de ce type de thérapeutique.

Un dispositif potentiellement beaucoup moins coûteux

Un autre intérêt de ce dispositif pourrait être son coût. "D'après ce que j'ai vu, ce dispositif serait réalisé en silicone, ce qui semble pouvoir être beaucoup moins coûteux que les dispositifs actuels", souligne le Professeur Mathias Kirsch.

Mais il faudra que le silicone dure plusieurs années et qu'il ait une biocompatibilité suffisante. "Là on est dans les premiers balbutiements, donc c'est un peu tôt pour crier victoire dans un domaine aussi complexe que l'assistance circulatoire."

>> Une vidéo de démonstration réalisée par l'EPFZ

Interview réalisée par Vincent Stöcklin.

oang

Publié le 14 juillet 2017 - Modifié le 14 juillet 2017

Un coeur de 390 grammes

Développé par le doctorant Nicholas Cohrs, ce coeur artificiel produit avec une imprimante 3D pèse 390 grammes. Son volume est de 679 cm3.

Comme le coeur humain, il dispose d'un ventricule gauche et d'un ventricule droit. Ils sont séparés par une troisième cavité qui bouge par pression d'air et permet ainsi au coeur en silicone de pomper.

Pour le moment, le matériel ne résiste que durant 3000 battements, soit environ 30 minutes. Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue spécialisée "Artificial Organs".