Modifié le 07 juin 2017

L'ADN des momies de l'Egypte ancienne a pu être décodé

Le "roi hérétique", l'une des momies égyptiennes dont l'ADN a été décodé par des chercheurs.
Le "roi hérétique", l'une des momies égyptiennes dont l'ADN a été décodé par des chercheurs. [Khaled El-Fiqi - Keystone]
Une équipe internationale de chercheurs est parvenue à décoder l'ADN des momies égyptiennes. L'étude démontre une forte proximité génétique avec des habitants du Proche-Orient, ce qui est moins le cas des Egyptiens modernes.

Le séquençage fiable de l'ADN semblait impossible pour les momies. Le recours à des produits chimiques lors de la momification et le climat sec de la région paraissaient effacer toute trace de la molécule sur les dépouilles.

Néanmoins, une équipe de chercheurs de l'Université de Tübingen (D) est parvenue à décoder le génome de 90 momies de l'Egypte ancienne, grâce à un séquençage nouvelle génération. Des prélèvements ont été effectués sur les os et les dents, et non plus sur les tissus mous, ce qui exclut des contaminations.

Stabilité du génome

Publiées dans Nature Communications, les analyses démontrent que les Egyptiens de l'époque partageaient davantage de leur patrimoine génétique avec les habitants du Proche-Orient qu'avec ceux des pays alentour.

Stables durant 1300 ans, les gènes des Egyptiens ont évolué récemment. Ils se rapprochent désormais plus de ceux des habitants de l'Afrique subsaharienne.

>> Les explications de RTS Découverte sur le décodage du génome

Comment décode-t-on le génome?
Découverte - Publié le 26 octobre 2016
 

vz

Publié le 02 juin 2017 - Modifié le 07 juin 2017