Modifié le 20 avril 2017

L'océan Arctique, un cul-de-sac pour les déchets en plastique flottants

L'océan arctique fond, et vite.
L'océan arctique fond, et vite. [Reuters]
L'océan Arctique est un cul-de-sac pour les débris en plastique flottants dans le nord de l'Atlantique, ont déterminé des scientifiques qui mettent en garde contre les risques présentés par cette pollution.

Cette étude, publiée mercredi dans la revue américaine Science Advances, confirme que les objets et matériaux en plastique sont abondants et répandus dans les eaux à l'est du Groenland et du nord de la Scandinavie, alors même que ces régions sont peu peuplées.

Les déchets, normalement, devraient y être nettement moins importants. Les mers semi-fermées comme la Méditerranée, dont les pourtours sont très peuplés, sont fortement polluées par du plastique. Mais de telles accumulations n'étaient pas attendues à des latitudes polaires peu peuplées.

Effets inconnus

Les scientifiques pensent qu'il pourrait y avoir jusqu'à 110 millions de tonnes de déchets en plastique dans les océans.

Il paraîtrait également que de petits fragments de plastiques sont absorbés par les poissons et les autres espèces marines sans que l'on sache les effets sur leur santé et celles des personnes qui les consomment.

afp/fb

Publié le 20 avril 2017 - Modifié le 20 avril 2017

Moins de 3% du total mondial

Selon cette étude, les débris de plastique flottant dans l'Arctique représentent actuellement moins de 3% du total mondial mais pourrait continuer à augmenter avec ce courant marin.

Il est estimé qu'environ huit millions de tonnes de plastique sont déversés annuellement dans les océans, selon une étude publiée en 2015 dans la revue américaine Science.