Modifié samedi à 10:00

Des chercheurs découvrent un test qui prédit le risque de maladie chronique

Patiente recevant un traitement contre le diabète.
Le diabète figure parmi les maladies chroniques que ce test permet de détecter. [Mario Anzuoni - Reuters]
Des chercheurs viennent de découvrir qu'il est possible de prédire dans près de 80% des cas les risques liés à une maladie chronique, avec des tests qui combinent l'âge des patients et des analyses de sang.

Grâce à ce test combinant ces données, on peut déterminer la probabilité de détecter sous trois ans une des pathologies chroniques les plus fréquentes, ont expliqué ces chercheurs en présentant leurs travaux vendredi à la conférence de l'American College of Cardiology (ACC) qui a lieu jusqu'à dimanche à Washington.

Il s'agit notamment du diabète, de défaillance rénale ou cardiaque, de maladie coronarienne ou pulmonaire chronique, de fibrillation auriculaire, d'arythmie cardiaque, de l'infarctus et accident vasculaire cérébral ou encore de démence, ont-ils précisé.

"Notre objectif était de créer un outil clinique utile, facile à produire et qui n'ajoute pas de charge de travail aux médecins généralistes", précise Heidi May, épidémiologiste de l'Intermountain Medical Center Heart Institute à Salt Lake City, dans l'Etat américain de l'Utah, et principal auteur de cette étude.

agences/lgr

Publié samedi à 10:00 - Modifié samedi à 10:00

Visite de routine

Heidi May et son équipe ont étudié un groupe de population composé d'hommes et de femmes en bonne santé, sans antécédent de maladie chronique, et allant chez leur médecin généraliste pour une visite de routine.

Parmi les femmes, celles avec un résultat modéré à ce test avaient trois fois plus de risques de souffrir d'une pathologie chronique comparativement à celles avec un score plus faible. Les femmes avec un score élevé avaient pour leur part onze fois plus de risques, ont déterminé les chercheurs.

Pour les hommes, ceux d'entre eux avec un résultat moyen avaient cinq à six fois plus de probabilité de recevoir le diagnostic d'une maladie chronique dans les trois ans, tandis que pour ceux avec un score élevé, ce risque était multiplié par onze.