Publié le 02 mars 2016

Un traitement "révolutionnaire" du glaucome a été élaboré à Lausanne

Le docteur André Mermoud, l'un des trois scientifiques à l'origine de cette découverte, vient d'être distingué de la médaille Clive au Congrès de la chirurgie du glaucome à Oman (image d'illustration).
Le docteur André Mermoud, l'un des trois scientifiques à l'origine de cette découverte, vient d'être distingué de la médaille Clive au Congrès de la chirurgie du glaucome à Oman (image d'illustration). [Dominic Favre - Keystone]
Un nouveau traitement "révolutionnaire" du glaucome réfractaire a été mis au point à Lausanne, a indiqué mercredi la clinique Montchoisi.

Le glaucome est la première cause de cécité irréversible dans le monde. Il se traduit par la présence d'une trop importante quantité de liquide entre la cornée et l'iris. La pression trop élevée écrase le nerf optique.

Divers traitements de la maladie existent déjà. Si le canal de drainage est atteint de fibrose lors de l'opération, on parle alors de glaucome réfractaire.

Déjà quatre patients traités

Le docteur André Mermoud, le professeur Nikos Stergiopulos et Adan Villamarin, fondateur de Rheon Medical, une spin-off de l'EPFL, ont mis au point une nouvelle méthode de traitement.

Ils ont réalisé un tube beaucoup plus petit, qui n'abîme pas la cornée et qui épouse la forme de l'oeil. A ce tube est intégré un minuscule robinet réglable qui peut être actionné sans toucher l'oeil.

Le premier patient a été implanté en septembre 2015. Aujourd'hui, quatre malades ont été traités et "se portent à merveille". Une fois 30 patients soignés, Swissmedic devrait autoriser la commercialisation de l'implant.

apyt/ats

Publié le 02 mars 2016