Modifié le 09 novembre 2015

La concentration de gaz à effet de serre a battu des records en 2014

Les gaz à effet de serre persistants sont d'origine industrielle, agricole et domestique
Les gaz à effet de serre persistants sont d'origine industrielle, agricole et domestique [Martin Meissner - AP Photo]
Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ont battu de nouveaux records en 2014, a affirmé lundi à Genève l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

La teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre a atteint un nouveau pic en 2014. "Elle poursuit une progression inexorable qui alimente le changement climatique et rendra notre planète plus dangereuse et plus inhospitalière pour les générations futures", déclare l'OMM dans son rapport annuel.

Le forçage radiatif s'est accru de 36% entre 1990 et 2014 à cause des gaz à effet de serre persistants, notamment le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d'azote (N2O). Ils sont d'origine industrielle, agricole et domestique.

Une "menace invisible"

L'OMM insiste en outre sur l'interaction entre le CO2 et la vapeur d'eau, elle-même un important gaz à effet de serre, et sur l'effet amplificateur exercé par ce gaz.

Le CO2 est "une menace qui se traduit par des températures mondiales plus élevées, par une multiplication des phénomènes extrêmes, par la fonte des glaces, la hausse du niveau de la mer et l'acidification des océans", explique le rapport.

ats/apyt

Publié le 09 novembre 2015 - Modifié le 09 novembre 2015

Dangereux pics de pollution dans plusieurs villes de Chine

Plusieurs métropoles et régions du nord-est de la Chine enregistraient lundi de redoutables pics de pollution atmosphérique. Une densité de particules nocives 50 fois supérieure au plafond recommandé par l'OMS a été enregistrée par endroits.

A Shenyang et Changchun, capitales respectives des provinces du Liaoning et du Jilin, un épais brouillard polluant de couleur grisâtre entravait la visibilité, plongeant les axes routiers dans une quasi-obscurité et faisant disparaître des immeubles situés à proche distance.