Modifié le 31 juillet 2015

Un nouveau système exoplanétaire découvert par l'Université de Genève

Les exoplanètes tournent autour d’une autre étoile que le soleil.
Un nouveau système exoplanétaire découvert par l'Université de Genève Le Journal du matin / 1 min. / le 31 juillet 2015
Un nouveau système exoplanétaire, proche de notre système solaire, a été découvert par des astronomes de l'Université de Genève, a annoncé jeudi l'institution.

Situé dans la constellation de Cassiopée, ce système exoplanétaire est composé de trois super terres, soit des exoplanètes ayant une masse comprise entre 1 et 10 fois celle de la Terre, d'une planète géante et de leur étoile commune, un peu plus froide que notre soleil.

Ce nouveau système est relativement proche de nous, à une distance de 21 années-lumière de la Terre. En comparaison, l'étoile la plus proche de notre soleil est à trois années-lumière et la seconde à six années-lumière.

Densité proche de la Terre

"Plusieurs planètes sont en orbite autour de cette étoile et l'une d'elles, une super terre, passe même devant son étoile, créant un phénomène d'éclipse, dit de 'transit', qui nous permet de mesurer la masse, la taille de l'objet et sa densité", a indiqué à la RTS Stéphane Udry, astronome à l'Observatoire de Genève.

Les chercheurs ont ainsi pu déterminer que la planète géante est 4,5 fois plus massive que la Terre, avec un diamètre 1,6 fois plus grand. Sa densité est proche de celle de notre Terre et elle est de composition terrestre.

ats/gchi

Publié le 31 juillet 2015 - Modifié le 31 juillet 2015

Possibles planètes habitées

La planète tourne autour de son étoile en trois jours. "Elle est donc très proche de l'étoile", précise encore Stéphane Udry. "La température (sur la planète) est d'environ 427 degrés Celsius. (...) On s'attend à voir une sorte de monde infernal de lave avec des volcans".

"Par contre, on est dans un système qui a des planètes situées jusqu'à trois fois la distance de la Terre dans notre propre système solaire. Donc il y a la place pour que, à la bonne distance de son étoile, il puisse y avoir un monde habitable, sinon habité", s'enthousiasme l'astronome.