Publié le 19 août 2012

Des Lausannois créent une plate-forme de visualisation des réseaux

Les réseaux sociaux amènent de nouvelles angoisses.
Les réseaux sociaux amènent de nouvelles angoisses. [HaywireMedia - ]
Un projet développé par deux chercheurs lausannois vise à expliquer le fonctionnement des réseaux sur internet en les représentant sous forme graphique.

Qui est en relation avec qui dans un réseau social, virtuel ou réél? Comment se structure-t-il? Qui sont les membres les plus influents? Un projet développé par deux jeunes chercheurs lausannois,Yannick Rochat et Martin Grandjean, lève le voile sur le fonctionnement des réseaux en les représentant sous forme graphique.

La rencontre de ces deux passionnés de réseaux a débouché début 2012 sur la création du Pegasus Data Project.

C'est sur le réseau Twitter que se concentre le binôme. Avec l'aide d'un informaticien, ils ont récupéré plus de 720'000 "tweets" émis durant la finale de l'Euro 2012 et modélisé les réactions. Il en ressort par exemple que les quatre buts de l'Espagne sont les moments les plus commentés, avec les changements de joueurs.

Plus de 3000 Romands actifs sur Twitter

Pegasus a commencé à recenser toutes les personnes de Suisse romande présentes sur Twitter. "Nous en avons trouvé plus de 3000 à ce jour", précise Martin Grandjean. Le duo a ainsi pu dresser quelques constats sur la "twittosphère" romande. Les premiers Romands sur Twitter se sont inscrits fin 2006, la phase de popularisation débutant en 2009 et culminant en 2011, année d'élections fédérales.

Sur Twitter comme sur les autres réseaux, beaucoup de comptes sont peu actifs, voire pas du tout. Moins de 8% des membres romands produisent plus de 50% des messages.

ats/hend

Publié le 19 août 2012