Modifié le 03 juillet 2012

Les Suisses paient leur musique sur iTunes 25% plus cher qu'ailleurs

Pourquoi acheter sa musique sur iTunes coûte plus cher aux Suisses
Pourquoi acheter sa musique sur iTunes coûte plus cher aux Suisses L'actu en vidéo / 4 min. / le 03 juillet 2012
Les Suisses paient leur musique 25% plus cher que leurs voisins européens sur le magasin en ligne iTunes. Apple profite des gains de change liés au franc fort et réalise ainsi une marge supplémentaire de cinq millions de francs par an, a appris Nouvo.

Le prix des titres et des albums de musique sur le magasin en ligne d'Apple, iTunes, est 25% plus élevé en Suisse que dans les pays voisins européens, a appris la rédaction de Nouvo. "La politique d’Apple en Suisse est inacceptable, s’énerve Mathieu Fleury, secrétaire général de la Fédération romande des consommateurs. Il n’y a aucune raison objective de faire une différence de prix entre notre pays et l’Europe. Il s’agit d’un bien immatériel, il n’y a aucun salaire qui est payé en Suisse, il n’y a aucune des conditions spécifiques de la Suisse qui justifieraient une différence de prix. Apple profite des gains de change liés à un euro et à un dollar faible."


Grogne

Chez les éditeurs de musique, la grogne est similaire. Christian Fighera, codirecteur du label Two Gentlemen qui produit notamment l'artiste Sophie Hunger, essaie d'obtenir des explications depuis plus d’une année sur cette politique de prix. Sans succès. "Nous vendons  les disques de Sophie Hunger au prix standard de 16 francs sur le shop d’iTunes en Suisse, explique le producteur lausannois. Ces mêmes albums sont vendus 9,90 euros ailleurs en Europe, ce qui représente environ 12 francs suisses. Or, notre royauté, ce que l’on touche d’iTunes (environ 70% du prix de vente, ndlr), est versée sur la base du prix européen, soit 12 francs, y compris pour les ventes effectuées en Suisse. Pour chaque album vendu chez nous à 16 francs, il y a donc 4 francs qui manquent et qui tombent très certainement directement dans la poche d’Apple."


Jeu à deux perdants

En clair, il s’agit d’un jeu à deux perdants: "Les consommateurs et les artistes sont perdants. Seul l’intermédiaire y gagne et il s’agit d’ Apple, détaille Mathieu Fleury. A eux de devenir plus raisonnables et d’appliquer enfin un système tarifaire en Suisse qui soit correct."


Impossible de savoir si Apple entend suivre ces recommandations, le géant californien ayant refusé de répondre aux questions de Nouvo sur le sujet. Du côté de la Confédération, la Surveillance des prix a confirmé s’intéresser de près à ce dossier. En 2011, elle avait obtenu une baisse de 10% du prix des applications sur l’App Store en raison de la faiblesse du dollar.


François Roulet/gax


Publié le 03 juillet 2012 - Modifié le 03 juillet 2012

Spotify, une alternative?

Face à la politique pratiquée par Apple, certains se détournent de son iTunes et portent leur intérêt notamment sur Spotify. Le site compte 10 millions d'utilisateurs dans le monde, dont trois millions d'abonnés qui paient entre 6 et 12 francs par mois pour des offres exclusives et un accès illimité aux fichiers de la plateforme.

Selon Spotify, la société reverse 70% des recettes aux éditeurs des titres et albums.