Publié le 28 juillet 2015

Le Tessin, un canton plombé par le dumping salarial

Les frontaliers sont nombreux à passer la douane de Chiasso chaque jour pour venir travailler au Tessin.
Les frontaliers sont nombreux à passer la douane de Chiasso chaque jour pour venir travailler au Tessin. [Karl Mathis - ]
Revue de presse du 28 juillet

Le Journal du Jura consacre sa Une mardi à la concurrence entre travailleurs suisses et italiens au Tessin. L'enquête est à lire aussi dans l'Express, l'Impartial et le Nouvelliste. Au sud des Alpes, les frontaliers qui acceptent des salaires adaptés au coût de la vie italien sont accusés de faire peser une énorme pression sur les salaires tessinois, au point que le Secrétariat à l’Economie tire la sonnette d’alarme. Pourtant, le mois dernier au Tessin le taux de chômage se montait à 3,3 pour cent, un chiffre en recul. Mais le salaire médian a lui aussi baissé: il est passé de 3134 francs en 2006 à 3106 francs en 2012.

Colère du président de la Lombardie

Ce dumping salarial alimente une rancoeur vis-à-vis des travailleurs qui traversent chaque jour la frontière. La Neue Luzerner Zeitung donne pour sa part la parole au président de la Lombardie. Roberto Maroni est fâché par le traitement réservé aux frontaliers au Tessin. Plus de 60'000 personnes traversent la frontière quotidiennement pour venir travailler au Tessin et sont considérées "comme des illégaux", s'emporte-t-il. "On ne peut pas humilier quotidiennement des travailleurs venus de Lombardie", insiste-t-il. Et de réitérer sa menace d'une grève d'un jour par mois des frontaliers, qui serait financée par sa province.

Georges Pop et Patrick Chaboudez

Publié le 28 juillet 2015