Publié le 19 août 2014

Le CERN emploie quelque 11'000 travailleurs ayant des bas salaires

La revue de presse
Par Estelle Braconnier et Patrick Chaboudez La Presse / 6 min. / le 19 août 2014
La revue de presse du 19 août

"Au CERN, certains physiciens gagnent à peine plus que le SMIC", révèle Le Temps ce mardi, en précisant que le nombre d'employés ayant des contrats précaires ne cesse d'augmenter. Fiche de paye moindre, aucune couverture sociale: il y aurait en effet 11'000 personnes dans cette situation aux portes de Genève.

Le journal est allé à la rencontre de ces sous-traitants toujours plus nombreux, mandatés par des institutions ou des universités. Il les surnomme "les prolétaires de la physique nucléaire". Pour certains d'entre eux c'est ça ou le chômage dans leur pays.

En parallèle, les fonctionnaires de l'institution déplorent une baisse des effectifs.

"Le CERN utilise toute la flexibilité possible pour tourner correctement", note enfin Le Temps, ajoutant que c'est la motivation de la recherche qui fait tourner le grand collisionneur de particules.

Estelle Braconnier et Patrick Chaboudez

Publié le 19 août 2014