Modifié le 12 mars 2018

L'appel du secteur de la construction au gouvernement vaudois

Vaud: le secteur de la construction dans l'inquiétude
Vaud: le secteur de la construction dans l'inquiétude 19h30 / 2 min. / le 12 mars 2018
A l'heure où le canton de Vaud revoit son aménagement du territoire, une centaine d'entrepreneurs et d'artisans interpellent le gouvernement sur le danger d'un choc économique pour le secteur de la construction, a appris la RTS.

Depuis plusieurs mois, les permis de construire sont refusés en masse dans le canton de Vaud. La faute à la nouvelle Loi sur l'aménagement du territoire (LAT) entrée en vigueur en 2014, qui oblige les communes à redimensionner leurs zones à bâtir. Inquiets, une centaine d'artisans vaudois ont écrit au gouvernement pour demander des aides.

"Nous observons déjà une baisse de 50% des terrassements pour des villas ou des immeubles", explique dans le 19h30 Alain Cornaz, d'Alcord Construction.

 "A un moment donné, nous devrons certainement jouer sur les effectifs, et je ne pense pas qu'on arrivera à tenir le chiffre d'affaires en 2019", ajoute Christian Martin, de l'entreprise Puissance 4, également signataire du courrier.

Plus d'une commune sur deux concernée

Des dizaines de terrains constructibles sont bloqués depuis quelques mois. Plus d'une commune sur deux doit réduire ses zones à bâtir pour se mettre en règle avec la loi fédérale.

Les communes concernées dans le canton de Vaud.
Les communes concernées dans le canton de Vaud. [DR - RTS]

A l'image de Montanaire, dans le Gros-de-Vaud. Il y a deux ans, cette commune accordait encore 25 permis de construire par année. Désormais, tout le territoire est bloqué.

"A l'intérieur du village, on pouvait encore par le passé construire", confirme Claude-Alain Cornu, syndic de Montanaire. "Maintenant, c'est terminé, nous ne délivrons plus aucun permis."

Pas d'aide à la construction

Cette situation pourrait se prolonger cinq ans au moins, le temps de mettre sur pied un nouveau plan d'aménagement communal. En attendant, le secteur de la construction voit disparaître les petits chantiers. Mais le canton n'a pas le choix: il doit appliquer la LAT acceptée par le peuple.

"On doit vraiment faire attention à éviter le mitage du territoire", rappelle la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro. "On construira probablement de moins en moins de petites villas individuelles et davantage de grands complexes. C'est vrai que pour la profession, il s'agit d'un changement."

Le canton mise aujourd'hui sur des subventions - d'un montant de 37 millions - pour encourager la rénovation. Mais pas question de verser des aides pour l'instant au secteur de la construction.

Jessica Renaud/tmun

Publié le 12 mars 2018 - Modifié le 12 mars 2018