Modifié le 07 mars 2018

Le manque d'investissements dans les routes vaudoises critiqué

Des ouvriers effectuent des travaux d'entretien sur la route cantonale entre Lausanne et Moudon.
Des ouvriers effectuent des travaux d'entretien sur la route cantonale entre Lausanne et Moudon. [Laurent Gillieron - Keystone]
Les routes vaudoises souffrent d'un déficit d'investissement, estime la Cour cantonale des comptes. Elle préconise davantage de transparence dans ce dossier et une meilleure prise en compte des besoins réels.

Le réseau des routes vaudoises, 1500 km pour le canton et 6000 pour les communes, représente un patrimoine estimé à 12 milliards de francs. Il a pâti d'un sous-investissement durant les années 1990 pour cause d'assainissement des finances cantonales.

Un déficit d'entretien n'est pas sans conséquence, souligne la Cour des comptes, qui a mené un audit auprès du canton et d'un échantillon de 29 communes. Outre les risques que représentent ces routes pour les usagers, les grosses réfections finissent par être plus onéreuses que des travaux réguliers.

20% des routes dans un état critique ou mauvais

"Malgré les mesures de rattrapage prises depuis 2009, l'investissement s'est révélé insuffisant", affirme la cour. En 2016, le réseau cantonal compte 20% de routes jugées dans un état "critique" ou "mauvais".

Quant aux communes, elles n'ont guère d'informations sur leurs routes. Elles gèrent ces infrastructures "au coup par coup", regrette la cour. "Les besoins en entretien de réseau ne seraient pas couverts", écrit-elle.

ats/cab

Publié le 07 mars 2018 - Modifié le 07 mars 2018

Transparence et centralisation

La Cour des comptes suggère que le canton fasse toute la transparence sur les besoins en entretien et les conséquences d'un sous-investissement. Il faut passer du mode de gestion strictement budgétaire et tenir compte "des principes d'économie et de durabilité".

Pour une gestion efficace de l'entretien et du financement, la cour recommande aussi la mise en place d'un système d'information avec des données géolocalisées sur les routes. Le canton devrait centraliser ces informations.

Retard en cours de rattrapage

Dans un communiqué, le canton salue l'audit et relève qu'il est en train de rattraper son retard. Depuis 2008, les investissements ont augmenté "considérablement" et atteint entre 2012 et 2016 une moyenne annuelle de 41,5 millions de francs.

D'importantes subventions sont attribuées en outre aux communes. Un crédit-cadre de 40 millions a été débloqué pour 2014-2020, sans oublier un montant annuel de 5 millions.