Modifié le 04 mars 2018

Le ministre vaudois Pascal Broulis se dit prêt à un contrôle fiscal

Le conseiller d'Etat PLR vaudois Pascal Broulis s'est dit prêt pour un contrôle fiscal.
Le conseiller d'Etat PLR vaudois Pascal Broulis s'est dit prêt pour un contrôle fiscal. [Keystone]
Pascal Broulis, ministre vaudois des finances, s'est dit prêt à un contrôle fiscal. Dans les colonnes du Matin Dimanche, le grand argentier PLR dit n'avoir jamais envisagé son organisation sous l'angle de l'optimisation fiscale.

Dans une interview accordée au journal dominical, le chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) détaille son organisation familiale afin de répondre aux critiques sur la répartition de ses impôts: depuis 2011, deux tiers à Sainte-Croix et un tiers à Lausanne, auparavant uniquement dans la commune du Jura vaudois.

Selon lui, il ne s'agit pas d'optimisation fiscale. "Si j'avais fait l'inverse - m'acquitter de deux tiers de mes impôts à Lausanne et un tiers à Sainte-Croix -, j'aurai payé seulement quelques centaines de francs de plus par an", note-t-il.

Centre de vie à Sainte-Croix

Le grand argentier apporte ainsi des précisions sur sa domiciliation fiscale contestée depuis trois semaines suite à un article publié par le Tages-Anzeiger.

"Depuis 2002, l'année de mon élection, je me suis toujours organisé pour que le lieu de ma vie et de ma famille soit Sainte-Croix", explique-t-il. Il se marie à fin 2002, un fils naît en 2003.

"La maternité, la petite enfance, tout se passe là-haut jusqu'en 2007", où il prend la présidence du Conseil d'Etat. Le couple demande la scolarisation du fils à Lausanne. L'administration répond qu'il faut l'inscrire en résidence secondaire.

Nouvelle répartition depuis 2011

Jusqu'en 2010, Pascal Broulis "pense être à moins de 90 jours à Lausanne". Ensuite, la répartition actuelle se met en place. En 2011, Florence Germond, cheffe des finances de la Ville de Lausanne, le contacte. "Elle m'a dit que mon enfant commençait à entrer dans la grande école et m'a demandé s'il n'y avait pas une répartition des impôts communaux à faire. J'ai dit oui".

Le conseiller d'Etat dit passer en gros à 240 jours par an à Sainte-Croix. Quant à sa déduction de frais de transport de 15'000 francs pour 2015, il explique faire beaucoup de trajets en raison de sa fonction et parfois plusieurs allers et retours dans la même journée.

ats/ther

Publié le 04 mars 2018 - Modifié le 04 mars 2018

Pascal Broulis plaide la bonne foi

Quant au fait de ne pas être inscrit au Contrôle des habitants de Lausanne, le ministre le qualifie "d'oubli, mais en toute bonne foi. Et de préciser que "nous n'avons jamais rien caché et que les choses étaient identifiables".

Concernant l'aspect moral, l'élu dit le comprendre et "si je n'ai pas été assez clair, je m'en excuse. (...) "Nous devons être exemplaires, ni au-dessus des lois, ni au-dessous de lois, mais dans la loi", affirme le grand argentier.