Modifié le 30 janvier 2018

Le Grand Conseil vaudois refuse une enquête parlementaire sur les prisons

L'exécutif vaudois juge que le SPEN a su "déployer les réformes qui s'imposent".
L'exécutif vaudois juge que le SPEN a su "déployer les réformes qui s'imposent". [Laurent Gilliéron - Keystone]
Le Grand Conseil vaudois a refusé mardi une commission d'enquête parlementaire pour faire la lumière sur les dysfonctionnements dans les prisons vaudoises.

L'UDC et une partie du PLR en avaient fait la demande après que des détenus ont dénoncé en août leurs conditions de détention à la prison de Bochuz. La gauche a balayé la proposition, la jugeant disproportionnée.

Les députés ont toutefois unanimement admis qu'il y avait bel et bien des problèmes dans les prisons vaudoises, notamment liés au manque de places. Des assises de la chaîne pénale pourraient être prochainement organisées.

Non du Conseil d'Etat

L'UDC a toutefois décidé de déposer une résolution urgente demandant la création de places de détention et de postes de travail pour du personnel pénitentiaire. Le parti veut continuer son combat pour l’assainissement du système carcéral vaudois, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le Conseil d'Etat vaudois avait déjà refusé une telle commission sur la gestion du Service pénitentiaire en novembre dernier. Pour le gouvernement, ce service a su faire "les réformes qui s'imposaient".

>> Lire aussi: Le plus ancien directeur d'une prison romande n'a que six ans de fonction

lan

Publié le 30 janvier 2018 - Modifié le 30 janvier 2018