Modifié le 22 août 2017

Le prochain horaire des CFF fâche les autorités vaudoises

C'est une rupture de correspondance en gare de Lausanne prévue par le prochaine horaire CFF qui fâche les autorités vaudoises.
Le prochain horaire des CFF fâche les autorités vaudoises Le Journal du matin / 1 min. / le 22 août 2017
La conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite veut voir d'urgence la direction des CFF pour qu'elle renonce à une rupture de correspondance en gare de Lausanne prévue par le prochain horaire.

En prolongeant de six minutes le temps de parcours de certains trains entre Lausanne et Berne, le nouvel horaire, qui entrera en vigueur en décembre, provoque une rupture de correspondance une fois sur deux avec la ligne du Simplon. Ainsi, depuis Montreux ou Aigle, il ne sera plus possible de profiter de liaisons rapides chaque demi-heure pour Fribourg et Berne.

Cela constitue un retour à la situation qui existait avant Rail 2000, soit avant décembre 2004. Une décision inacceptable pour Nuria Gorrite, pour une vingtaine de communes de la ligne du Simplon et pour les milieux touristiques qui l'ont fait savoir dans la consultation sur l'horaire 2018.

Contradiction

Nuria Gorrite a donc écrit lundi au directeur général des CFF pour solliciter une séance urgente.

Pour le canton, ces six minutes de plus entre Lausanne et Berne sont contradictoires avec les objectifs du paquet FAIF (financement et de l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire) plébiscité par les Vaudois en 2014.

ats/pym

Publié le 21 août 2017 - Modifié le 22 août 2017