Modifié vendredi à 20:28

Une taxe sur les sodas pour financer les soins dentaires des Vaudois

Soins dentaires: Vaud pourrait en rembourser une partie
Vaud pourrait rembourser une partie des soins dentaires 19h30 / 2 min. / vendredi à 19:30
Le Conseil d'Etat vaudois veut introduire une taxe sur les boissons sucrées pour financer une partie de la prise en charge des soins dentaires. Le texte mise aussi sur une hausse des cotisations salariales.

Si cette taxe sur les boissons sucrées de maximum 30 centimes par litre passait, "nous serions précurseurs en Suisse", a souligné vendredi Pierre-Yves Maillard, ministre vaudois de la Santé. Il présentait à la presse l'alternative du gouvernement à l'initiative cantonale pour le remboursement des soins dentaires.

Le socialiste ne propose pas de créer une assurance, mais un dispositif de prévention et de prise en charge des soins divisé en trois volets.

Premier volet pour les plus jeunes: avec ce modèle, tous les enfants et adolescents jusqu'à 18 ans voient leurs soins dentaires (hors orthodontie) pris en charge à hauteur de 50%.

Durant la scolarité, des examens bucco-dentaires bisannuels sont gratuits. Quant aux tout petits, leurs parents sont encouragés à leur souscrire une assurance dès la naissance, via une incitation de 200 francs.

Un dispositif à 38 millions

Côté adultes, des aides financières sont prévues pour les frais importants. Ceux-ci devront excéder 3% du revenu net et seront pris en charge à concurrence de 5000 francs.

Le troisième volet s'adresse aux personnes bénéficiaires de soins à domicile ou séjournant dans des EMS. Les premières ayant souvent peu de contact avec des médecins dentistes, le dispositif propose par exemple que le personnel infirmier les dépiste et les adresse si nécessaire à des spécialistes.

Les coûts de ce dispositif sont estimés à 38 millions de francs. "Nous proposons de les financer essentiellement par deux sources", a précisé Pierre-Yves Maillard. "Une légère taxe cantonale sur les boissons sucrées et un léger relèvement des cotisations des salariés et des indépendants de maximum 0,06%".

Les communes, qui participent déjà à ces coûts à hauteur de 1,8 million, continueront de contribuer dans la même mesure, mais le modèle sera harmonisé.

>> Ecouter aussi le débat entre Pierre-Yves Maillard et Marc-Olivier Buffat, député vaudois PLR:

Pierre-Yves Maillard et Marc-Olivier Buffat.
Forum - Publié vendredi à 18:37
 

Pourquoi viser les sodas?

La grande nouveauté réside à n'en pas douter dans la taxe sur les boissons sucrées. Mais pourquoi viser ce type de produit? "Parce qu'on sait qu'il y a des risques sanitaires comme l'obésité, les caries ou le diabète qui sont en lien avec leur consommation", justifie Christine Cunier, médecin-dentiste conseil de l'administration cantonale.

"Sa consommation est en outre élevée chez les jeunes et au niveau des boissons, c'est une prise rapide et facile de sucre", poursuit-elle. A quoi s'ajoutent les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

Dans la pratique vaudoise, le prélèvement se fera chez les grossistes qui distribuent ces boissons sur le sol cantonal. Les boissons avec alcool ne sont pas concernées.

>> Les précisions d'Olivier Marmy, de la société suisse des médecins-dentistes:

Soins dentaires - VD: les précisions d’Olivier Marmy, vice-prés. société suisse des médecins-dentistes
19h30 - Publié vendredi à 19:30
 

ats/tmun

Publié vendredi à 15:58 - Modifié vendredi à 20:28

Un pas "dans le bon sens" pour les initiants

Du côté des initiants, à l'image du secrétaire de solidaritéS Vaud Pierre Conscience, on estime que "le projet (du Conseil d'Etat) va dans le bon sens mais pas assez loin". Et de défendre le texte de l'initiative qui instaure "une couverture intégrale".

Du côté du PLR, on se dit "méfiant". Le parti est d'accord avec le renforcement de la prévention, "mais ne souhaite pas créer une nouvelle loi qui viserait à déresponsabiliser le citoyen et à faire passer à la caisse les salariés, les indépendants et tous les consommateurs responsables".