Mise à jour le 12 mars 2013

Premier soutien du canton de Vaud au Human Brain Project

Henry Markram, co-directeur du Human Brain Project.
Henry Markram, co-directeur du Human Brain Project. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Le Conseil d'Etat vaudois va mettre à disposition un terrain sur le site de Dorigny et allouera 35 millions de francs pour la construction de Neuropolis, le bâtiment qui abritera le programme de recherche Human Brain Projet, a indiqué le gouvernement mardi.

Le canton de Vaud apporte un premier soutien concret au programme scientifique Human Brain Project (HBP). Le Conseil d'Etat propose d'allouer 35 millions de francs pour la construction de Neuropolis, le bâtiment qui abritera le projet.

Outre les parts de 35 millions chacun allouées par l'Etat de Vaud et la Confédération, la société Rolex cofinancera la construction à hauteur de 30 millions de francs.

Terrain mis à disposition

Propriété de l'Etat, une parcelle de 14'000 m2 est mise à disposition pour la construction sous forme de servitude de superficie. Situé sur le campus universitaire, ce terrain s'étend au sud de l'Amphipôle et en bordure nord de la route du Lac.

Coeur du HBP, Neuropolis accueillera les outils de simulation du cerveau et le pilotage du supercalculateur localisé à Lugano ainsi qu'un centre de "biologie computationnelle", indique le gouvernement mardi dans un communiqué.

Une mise en exploitation prévue pour 2016

Neuropolis fera l'objet d'un concours d'architecture à l'été 2013. La mise à l'enquête du projet retenu pourrait intervenir au printemps 2014 et la mise en exploitation courant 2016. Le bâtiment s'ouvrira également au grand public avec un espace interactif dédié aux neurosciences et à la conquête du cerveau. L'EPFL sera le maître d'ouvrage de la construction, dont le coût est devisé à 100 millions de francs.

Rappelon que le HBP vise à modéliser la structure et le fonctionnement du cerveau. Ce projet place les Hautes Ecoles lausannoises au coeur d'un réseau qui devrait réunir à terme un millier de collaborateurs scientifiques et techniques.

ats/hend

Une aide d'un milliard d'euros de l'UE

L'Union européenne a décidé le 28 janvier d'attribuer à ce programme une subvention qui pourrait atteindre un milliard d'euros sur dix ans, rappelle le Conseil d'Etat. Dans les mois qui viennent, les différents partenaires négocieront un accord détaillé portant sur une phase de lancement de 30 mois dès la fin 2013.

Cette première étape est dotée d'un financement de 54 millions d'euros, à répartir entre 90 institutions de recherche en Europe, dont l'EPFL en première place ainsi que l'UNIL et le CHUV. Sur le plan suisse, le Conseil des EPF a déjà attribué à ce programme 75 millions de francs jusqu'en 2016.