Mise à jour le 11 janvier 2013

Claude Nobs, le fondateur du Montreux Jazz Festival, est décédé

Claude Nobs, directeur du Montreux Jazz Festival.

Claude Nobs, directeur du Montreux Jazz Festival. [Martial Trezzini - Keystone]

Dans le coma depuis Noël suite à un accident de ski de fond, Claude Nobs, le fondateur du Montreux Jazz Festival (MJF), est mort jeudi à l'âge de 76 ans, a annoncé le site du MJF, en lui rendant hommage.

Claude Nobs, le fondateur et l'âme du Montreux Jazz Festival (MJF), est décédé jeudi, a indiqué le MJF sur son site internet, en lui rendant hommage (verbatim en encadré). Les réactions affluent du monde entier pour saluer le père du MJF. Claude Nobs, 76 ans, était dans le coma au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne suite à une chute lors d'une balade à ski de fond sur les piste de Caux survenue pendant les Fêtes de Noël.

Figure internationale

L'accident s'était produit le 24 décembre. "Claude était tout seul sur la piste de fond des Greysalleys - un tracé à proximité de son domicile ne présentant pas de difficultés - quand il est tombé, dans la matinée. Il est ensuite rentré chez lui", avait alors indiqué Laurent Wehrli, syndic de Montreux.

Quelques heures plus tard, voyant combien il se sentait mal, ses proches ont appelé les secours. Il avait alors été héliporté au CHUV.

Claude Nobs sera incinéré dans la plus stricte intimité. La Fondation annonce en outre que, conformément au souhait de Claude Nobs, "un événement tout en musique" sera organisé très prochainement. Il doit marquer "la reconnaissance de Claude envers Montreux" et sera suivi d'autres manifestations à New York et à Londres.

"Toutes les mesures nécessaires ont été prises pour assurer la parfaite direction du festival, notamment l'édition 2013, conformément à une planification préparée de longue date", avait déjà indiqué le MJF à l'annonce de son accident. Toutes les responsabilités incombant à Claude Nobs sont assumées par le secrétaire général Mathieu Jaton.

L'hommage publié par le Montreux Jazz sur le réseau Twitter:

 

Patron d'un festival qu'il a fondé en 1967, Claude Nobs était une figure incontournable de Suisse romande. Ce passionné de musique et de nouvelles technologies avait su faire de son festival un événement internationalement connu.

Lire: La presse suisse et internationale rend hommage à "Funky Claude"

De la cuisine au jazz

Claude Nobs est né le 4 février 1936 à Territet (VD). A 17 ans, plutôt que de reprendre la boulangerie familiale, il choisit de devenir cuisinier. Après son apprentissage à l'hôtel Schweizerhof à Bâle, il travaille un temps au Centre des congrès de Zurich, où il a l'occasion d'écouter des artistes renommés tels que Duke Ellington ou Ella Fitzgerald.

L'Office du tourisme de Montreux l'engage ensuite comme comptable. "A cette époque, j'avais déjà l'idée utopique de monter un festival", racontait-il. Envoyé en prospection promotionnelle aux Etats-Unis, il débarque à New York. Il se rend dans les bureaux d'Atlantic Records et au culot obtient un entretien avec le directeur Nesuhi Ertegun.

Il y croise aussi Roberta Flack qu'il invite à Montreux pour chanter durant la "Rose d'Or", un festival d'émissions de télévision. Au milieu des années 1960, il sera le premier à faire venir les Rolling Stones en Suisse.

Avec l'étoile montante de la musique helvétique, le Vaudois Bastian Baker, qui avait eu les honneurs de la dernière du Montreux Jazz, en 2012.

Avec l'étoile montante de la musique helvétique, le Vaudois Bastian Baker, qui avait eu les honneurs de la dernière du Montreux Jazz, en 2012. [Laurent Gillieron - Keystone]

Création du MJF en 1967

Le Vaudois co-fonde le Festival de jazz de Montreux en 1967 avec le pianiste Géo Voumard et le journaliste René Langel, soutenus par le patron d'Atlantic Records. "Pour les trois jours de la première édition, nous avions fait 1200 entrées. Maintenant, ils sont 1200 à travailler pour le festival qui dure seize jours!", s'enthousiasmait l'âme du MJF.

La manifestation prend de l'ampleur, élargit sa palette musicale et gagne rapidement une notoriété internationale. Très tôt, les concerts sont enregistrés et les archives recèlent désormais des milliers d'heures de musique et d'images.

Au fil des années, la manifestation connaît de mémorables cuvées et voit défiler le gratin du monde de la musique: Count Basie, Miles Davis, James Brown, Quincy Jones, Ray Charles, Eric Clapton, Prince, David Bowie, Bob Dylan, Gilberto Gil, B.B. King, Oscar Peterson, Nina Simone, Leonard Cohen, Santana ou Keith Jarett.

"Smoke on the Water"

L'incendie du Casino de Montreux en 1971 marque un tournant. Lors d'un concert de Frank Zappa programmé en décembre - hors période du festival - un fan lance une fusée éclairante qui enflamme la salle.

L'événement fait quelques blessés et inspire Deep Purple venu à Montreux pour enregistrer un disque et donner un concert. Leur tube planétaire "Smoke on the Water" raconte cet incendie. Les paroles mentionnent "Funky Claude", référence à Claude Nobs se démenant pour aider le public à quitter le bâtiment en feu.

Le Vaudois a vu ses talents reconnus loin à la ronde. Docteur honoris causa de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), désigné "homme de l'année" en 2007 au Midem de Cannes, nommé commandeur dans l'ordre français des Arts et des lettres, il était aussi citoyen d'honneur des villes américaines d'Atlanta et de la Nouvelle-Orléans et bourgeois d'honneur de Montreux.

ats/lan

L'hommage du Montreux Jazz Festival

Le site du Montreux Jazz festival a publié quelques phrases en forme d'hommage à son fondateur, dont voici le verbatim:

"Cher Claude,
tu nous a quitté ce jeudi 10 janvier, quelques jours après ton accident à Caux-sur-Montreux, dans ces montagnes que tu aimais tant, surplombant un lac que tu as si bien mis en valeur. Dans ton regard, il y a toujours eu cette étincelle lorsque tu surprenais les gens. Pour nous qui t'avons croisé, tu resteras celui qui a remis en question les certitudes.

Pourquoi pas? Ta question revenait sans cesse lorsque nous t'expliquions ce qui empêcherait un projet de se concrétiser. La réalité n'est jamais à la hauteur des rêves mais tu préférais les seconds. Le Festival en est la preuve la plus visible, mais pas la seule. En chacun de nous résonne cette audace, mélange d'envie et de partage, qui t'a permis de donner et de recevoir au-delà du raisonnable.

Merci de nous avoir amené là où nous ne pensions pas pouvoir aller. Et comme il se doit, tu es parti par surprise pour nous rappeler que dans la vie comme dans la musique, chaque jam peut être la dernière. Tu voulais une sortie à l'image de ta vie, tu as réussi. Nous portons et porterons en nous tout ce que tu nous a appris.

Merci Claude.
Ton équipe d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Montreux, le 10 janvier 2013"