Modifié le 26 juillet 2018

Le boycott de Christian Constantin fâche des sponsors du FC Sion

Le bras de fer engagé par Christian Constantin avec le quotidien Le Nouvelliste autour de l’accès au stade de Tourbillon continue
Le bras de fer engagé par Christian Constantin avec le quotidien Le Nouvelliste autour de l’accès au stade de Tourbillon continue 19h30 / 2 min. / le 26 juillet 2018
Le bras de fer engagé par Christian Constantin avec le quotidien Le Nouvelliste autour de l'accès au stade de Tourbillon continue. Au grand dam de certains sponsors, qui déplorent la décision du président du FC Sion.

Christian Constantin, président du FC Sion, n'apprécie pas les écrits du rédacteur en chef du Nouvelliste, Vincent Fragnière. Alors, la semaine passée, il a pris une mesure radicale. Il a décidé que les journalistes et les photographes du quotidien valaisan ne pourront plus interviewer les joueurs et les membres du staff lors des matches de Sion à Tourbillon. Le Nouvelliste ne s'est pas démonté: lundi, il n'a pas rédigé la moindre ligne sur le premier match à la maison des Sédunois, mais il a publié une grande photo du parking du stade.

Ce conflit fâche les sponsors du FC Sion, qui n'ont ainsi plus la visibilité espérée dans le quotidien valaisan. La banque Raiffeisen le dit à demi-mot. "Nous regrettons bien entendu cette décision de boycott, mais il s'agit finalement d'une question de politique du club, dans laquelle il ne nous appartient pas d'interférer en tant que sponsor. Nous ne nous sentons pas 'pénalisés' par cette situation. Nous regrettons simplement que la couverture médiatique habituelle du FC Sion en Valais soit prétéritée, bien plus par rapport aux fans de football que par rapport à la visibilité de notre marque."

Sous le sceau de la confidentialité, un autre sponsor confie au téléphone que cette situation est "un peu embêtante", mais que Christian Constantin reste "un ami".

"C'est clair que pour nous, c'est lourd"

Sponsor historique du FC Sion, Jean-Daniel Descartes accepte, lui, de témoigner à visage découvert. Il a déboursé 165'000 francs cette saison pour que le nom de son magasin de meubles figure sur le short du club de foot. "Je regrette ce boycott parce qu'en tant que sponsor, il y a quand même pas mal de visibilité dans Le Nouvelliste, alors j'aimerais bien que ça s'arrange", confie-t-il au 19h30. Il ajoute: "On ne veut pas toujours mettre de l'argent dans le vide, ce n'est pas le but d'un sponsor. C'est clair que pour nous, c'est lourd ce montant-là."

Le septuagénaire assure qu'il entend parler à Christian Constantin dès que possible. Mais il reconnaît être dans une situation délicate. "Je suis mal pris. Je ne peux pas critiquer Constantin, qui est mon associé dans certaines affaires. Je trouve que c'est un gars bien. Il a ses idées. Il veut faire ce qu'il veut", explique-t-il à la RTS.

Une situation encore trop tendue pour un café

Interrogé par le 19h30, l'historien Philippe Bender estime que les pouvoirs publics doivent intervenir dans cette affaire "au nom de la démocratie souveraine, dans la mesure où ils sont propriétaires du stade. Le canton du Valais a un ministère du Sport, qui aide et qui soutient le sport. Je pense qu'on ne peut pas laisser dégénérer tout ça, ce n'est pas bien."

Interrogé samedi dernier dans Forum, le conseiller d'Etat en charge des Sports, Frédéric Favre, a laissé entendre qu'il allait proposer une rencontre autour d'un café à Christian Constantin et au rédacteur en chef du Nouvelliste, Vincent Fragnière. Contacté ce jeudi, Frédéric Favre confirme avoir approché les parties, mais que la situation est encore trop tendue pour envisager un café.

>> L'interview de Frédéric Favre dans Forum:

Sandra Jean et Frédéric Favre.
Jean-CHristophe Bott / PLR-VS - Keystone / www.plrvs.ch
Forum - Publié le 21 juillet 2018

Fabiano Citroni

Publié le 26 juillet 2018 - Modifié le 26 juillet 2018

La réponse de Christian Constantin aux médias valaisans

Par la plume de son président Christian Constantin, le FC Sion a répondu mercredi à l'ensemble des médias valaisans, qui avaient publié une lettre ouverte la veille. Elle réclamait la fin de l'interdiction de stade infligée aux journalistes du Nouvelliste.

Le président du club sédunois estime que les autres médias valaisans n'ont pas eu connaissance de toutes les modalités du dossier. Il mentionne une réunion entre lui et les principaux dirigeants du quotidien valaisan. "La situation actuelle entre les deux entités découle du non-respect des dispositions définies lors de cette rencontre", affirme Christian Constantin.