Modifié le 14 juin 2018

Les remontées mécaniques de Crans-Montana ont perdu 36 millions en 2017

L’actionnaire principal de CMA, Radovan Vitek  (gauche) et le conseiller d’Etat Christophe Darbellay lors de l'assemblée générale de ce mercredi 13 juin 2018.
L’actionnaire principal de CMA, Radovan Vitek (gauche) et le conseiller d’Etat Christophe Darbellay lors de l'assemblée générale de ce mercredi 13 juin 2018. [RTS]
L'assemblée générale des remontées mécaniques de Crans-Montana Aminona (CMA) s'est tenue mercredi, 2 mois après la fermeture des remontées mécaniques qui a immobilisé la station pendant 2 jours.

Les comptes 2017 présentent des pertes de plus de 36 millions, mais ils ont été acceptés à 88%. Toutefois, les 3 communes actionnaires minoritaires (Crans-Montana, Icogne, Lens) se sont abstenues. Plusieurs petits actionnaires ont aussi refusé l’exercice comptable 2017, relevant plusieurs zones d’ombres.

Signe des tensions, l'actionnaire principal de CMA, Radovan Vitek, et le conseiller d’Etat Christophe Darbellay - qui a mené la médiation entre les communes et les remontées mécaniques - étaient présents.

Contrôle plus "intense"

Pour Gilles Davoine, président de l’association des petits actionnaires, "les transactions effectuées par CMA méritaient d’être examinées de manière plus intense et par le biais d’un contrôleur spécial".

Pour Philippe Magistretti, président de CMA, le trou de 36 millions s'explique notamment par un amortissement de 28,4 millions de francs suite au rachat en 2016 des restaurants et parking de CMA à CMA Immobilier, propriété de la société de Radovan Vitek.

Le bilan de Philippe Magistretti

Philippe Magistretti, président des remontées mécaniques de Crans-Montana, fait le bilan
L'actu en vidéo - Publié le 14 juin 2018

Céline Brichet/Camille Degott

Publié le 13 juin 2018 - Modifié le 14 juin 2018