Modifié le 20 décembre 2017

A Collombey-Muraz, Verts et PS exigent la démission de Yannick Buttet

Yannick Buttet a été accusé de harcèlement sexuel.
Yannick Buttet a été accusé de harcèlement sexuel. [Anthony Anex - Keystone]
Le Parti socialiste et Les Verts de Collombey-Muraz (VS) exigent le départ du président de la commune Yannick Buttet, qui est accusé de harcèlement sexuel et qui a démissionné dimanche de son poste de conseiller national.

Après Les Verts lundi soir, le Parti socialiste a également exprimé ses réserves vis-à-vis de Yannick Buttet. Dans un communiqué publié mercredi, le PS dit considérer que "toute forme de harcèlement est intolérable" et que les agissements du président de commune "ne sont pas compatibles" avec la fonction qu'il occupe.

"La confiance témoignée par les concitoyens ainsi que sa crédibilité sont irrémédiablement entachées", ajoute le texte. Le PS estime ainsi qu'il est "incohérent" que de tels comportements aient pour conséquence immédiate la démission de certains mandats politiques mais pas du poste de président de commune.

Démission dimanche

Yannick Buttet a démissionné dimanche de son mandat de conseiller national. Il est en arrêt maladie depuis début décembre, suite aux révélations sur son comportement inadéquat avec les femmes.

La révélation de cette affaire a libéré la parole de plusieurs parlementaires fédérales et journalistes. Dans la presse romande de samedi, une demi-douzaine d'entre elles ont témoigné anonymement, livrant des détails sur le comportement de l'ancien vice-président du PDC, en particulier lors de soirées où le politicien apparaissait sous l'influence de l'alcool.

Le Valaisan a aussi démissionné de plusieurs de ses fonctions, dont celle de vice-président du PDC Suisse et de membre de la Société suisse des officiers. Lieutenant-colonel EMG, il a en outre été suspendu du commandement de son bataillon.

boi avec ats

Publié le 20 décembre 2017 - Modifié le 20 décembre 2017