Modifié le 20 mars 2017

"Je veux un gouvernement du débat en Valais, pas du consensus mou"

Christophe Darbellay ne veut pas "d'un gouvernement du consensus mou"
Christophe Darbellay ne veut pas "d'un gouvernement du consensus mou" L'actu en vidéo / 1 min. / le 20 mars 2017
Le PDC Christophe Darbellay ne veut pas d'un gouvernement "du consensus mou" en Valais, mais un gouvernement de débat, a-t-il expliqué lundi à la RTS, au lendemain de son élection au Conseil d'Etat valaisan.

Le démocrate-chrétien veut être "un élément d'une équipe forte et soudée capable de faire avancer le canton" du Valais, explique-t-il dans le Journal du matin, en espérant que les cinq conseillers d'Etat se confronteront sur des idées et des projets.

"Je souhaiterais redessiner le gouvernement valaisan", ajoute Christophe Darbellay, qui aimerait hériter des dossiers en lien avec la formation, l'économie et l'emploi, et créer ainsi une synergie entre une partie des départements actuels d'Oskar Freysinger et de Jean-Michel Cina.

Deuxième langue nationale, anglais et nouvelles technologies

En matière de formation, l'ancien président du PDC veut renforcer la maîtrise de la deuxième langue nationale des élèves sortant de l'école valaisanne et améliorer leur niveau d'anglais, un point essentiel pour "un canton touristique et ouvert au monde".

Christophe Darbellay estime également nécessaire de renforcer l'apprentissage des nouvelles technologies au sein de l'école valaisanne. "Le Valais ne doit pas rater la révolution numérique", s'exclame celui qui entend poursuivre la collaboration entre l'économie et les hautes écoles.

"Développer un modèle de l'après-Weber"

En matière d'économie et de tourisme, le démocrate-chrétien rappelle le besoin de "développer un modèle de l'après-Lex Weber", en tirant parti ici aussi de l'ère numérique et des nouveaux outils technologiques.

Il se dit par ailleurs favorable à la candidature de Sion et de la Suisse occidentale aux Jeux olympiques 2026, imaginant des "Jeux populaires à la Lillehammer", donnant l'exemple des JO d'hiver de 1994 en Norvège. "J'aimerais bien hériter de ce dossier", admet-il.

>> Voir l'entretien intégral dans le Journal du matin:

L'invité de la rédaction
L'invité de la rédaction - Publié le 20 mars 2017
 

tmun

Publié le 20 mars 2017 - Modifié le 20 mars 2017

"Pas de passage éclair en Valais"

Christophe Darbellay souhaite s'engager pour les huit ou douze prochaines années pour le Valais, si les citoyens le souhaitent, explique-t-il sur les ondes de la RTS. Le PDC ne ferme aucune porte pour la suite, mais il ne fera pas "un passage éclair en Valais".

Face aux spéculations de la presse alémanique sur la candidature de Konrad Graber au Conseil fédéral, il estime que le conseiller aux Etats lucernois peut tout à fait succéder à Doris Leuthard s'il le souhaite, saluant sa modestie et ses qualités.