Modifié le 08 septembre 2014

Le domaine skiable valaisan des 4-Vallées est sauvé

Televebier renonce au domaine des 4-Vallées, n'étant pas parvenu à s'entendre avec les trois autres domaines skiables.
Fin de la guerre dans les 4 vallées en Valais Le 12h30 / 1 min. / le 08 septembre 2014
La convention qui lie les sociétés de remontées mécaniques valaisannes réunies sous l'appellation des 4-Vallées a été prolongée pour une durée de 18 ans. Les partenaires sont parvenus lundi à un accord.

Après deux mois et demi de flou total concernant l'avenir du plus grand domaine skiable relié de Suisse, Téléveysonnaz, Télé-Nendaz, Téléverbier et Télé-Thyon se sont finalement entendus pour renouveler la convention qui les unit. L'accord a été annoncé lundi par un communiqué du Conseil d'Etat.

La convention avait été dénoncée par Téléveysonnaz pour le 30 juin dernier. Depuis, compte tenu de l'importance de cet accord pout le tourisme valaisan, le gouvernement  cantonal s'en est mêlé et le Conseiller d'Etat Jacques Melly a fait office de médiateur. Cinq  rencontres ont ainsi eu lieu depuis le 18 août.

Accord nécessaire avant la saison d'hiver

Conscientes de l'importance de trouver une solution pour assurer l'exploitation de la destination cet hiver, un arrangement financier, dont les détails ne sont pas dévoilés dans le communiqué du Conseil d'Etat, a pu être négocié.

En plus d'assurer l'avenir du domaine, les partenaires se sont aussi engagés à renforcer leurs collaborations. Dans cette optique, les discussions se poursuivront ces prochains mois.

Marie Giovanola/oang

Publié le 08 septembre 2014 - Modifié le 08 septembre 2014

Dédommagement pour Téléveysonnaz

La convention avait été dénoncée par Téléveysonnaz et son patron Jean-Marie Fournier.

Le litige concernait la répartition de la caisse de Thyon 2000, contestée par Veysonnaz.

Jean-Marie Fournier, a expliqué à l'ats qu'il avait obtenu un dédommagement financier "pour un droit de préemption non respecté" et "la levée des oppositions à des travaux sur la télécabine de la piste de l'Ours".

Projets alternatifs abandonnés

De fait, les projets qui avaient émergé dans l'intervalle restent à l'état virtuel comme "Verbier Grand Ski" ou "Espace Mont-fort", a précisé le président de Téléverbier.

Jean-Pierre Morand se dit soulagé que les "incertitudes" soient levées, même s'il est un peu tard pour les tour-opérateurs.